En gare de Cahors…

Lointaine époque que celle de mon baccalauréat à Cahors… l’histoire familiale personnelle avait fait, qu’avec d’autres lycéens non accompagnés par leurs parents le jour J, j’avais dû rejoindre un hébergement religieux la veille (peut-être avec un trajet commun en bus ?), passer les épreuves écrites le lendemain, je ne sais plus à quel endroit dans la ville, puis devoir y retourner pour les oraux par mes propres moyens, et rentrer seule après, en train cette fois, un jour de grève SNCF, alors que nous n’utilisions plus qu’occasionnellement ce mode de transport !

Cela avait voulu dire, aller à Brive-la-Gaillarde, par le train de 6h en provenance d’Aurillac (ligne actuellement en travaux), prendre la correspondance pour Toulouse et descendre à Cahors, me présenter aux épreuves orales en croisant les doigts pour avoir tout terminé à temps pour que je puisse prendre le train-retour et rentrer chez moi avant minuit… mais, suite à la grève des cheminots, j’avais dû prendre, sur les injonctions d’un guichetier excédé, un train pour une autre direction que la mienne, dont je ne connaissais pas le trajet, ne sachant pas qu’il y avait 2 gares St Denis différentes (-Catus et -près-Martel), aucun préposé à casquette pour me renseigner, ni de plan pour visualiser le trajet, et c’est ainsi que j’avais passé la moitié de la nuit sur un banc sur le quai (salle d’attente fermée) à St Denis-Catus, puis pris le 1er train qui s’était arrêté sans savoir où il allait, pour échapper à un rôdeur qui m’importunait, descendre dès que possible, et, avec un peu de chance, dans un endroit que je connaissais (St Denis-près-Martel ou Brive) et y attendre le train pour Aurillac qui me laisserait à 5h du matin dans mon village de l’époque (l’angoisse de ma mère quand on sait que l’on vivait encore au rythme des échanges par courrier et que téléphones privés et cabines publiques étaient très rares dans nos campagnes)…

(Source de l’image QuercyRail)

Cette gare est aujourd’hui devenue faussement célèbre (selon La Dépêche du Midi) car les lycéens qui n’ont pas été séduits par l’un des 3 sujets de dissertation proposés, ont dû plancher pendant 4 heures lors de l’épreuve anticipée de français, sur un poème de Valéry Larbaud (1881-1957) publié en 1913 qui immortalisait l’ancienne gare (désaffectée et transformée ensuite en logements, puis en médiathèque) en service entre 1869 et 1884 sur la ligne Libos-Cahors (extension vers Agen, puis Bordeaux), avant la construction en 1884 du bâtiment actuel pour la ligne Montauban-Brive (devenue POLT, soit Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, à l’évolution toujours passablement incertaine puisque non TGV).

Pour moi, un siècle plus tard et toujours un air de déjà vu, l’avenir de la ligne POLT est un sujet sensible, malgré les belles promesses de nos politiques, on veut absolument nous faire passer par Bordeaux ou par Lyon selon notre destination dans le département du Lot, alors qu’elle fonctionnait très bien à l’heure du train Le Capitole…

… oui, je sais, je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître !

Par contre, il ne faut pas croire que l’Occitanie soit la seule région concernée, essayez d’aller de Cahors à Saumur, par la POLT en descendant à Orléans (à défaut de Vierzon où il n’y avait pas la correspondance)…

… sans passer par Bordeaux, Paris, Le Mans et Angers, c’est passionnant, autant dans un sens que dans l’autre pour le retour (pour ne pas dire usant et même franchement désespérant !) 😉

En orbite…

Il devait partir hier, mais, météo par essence capricieuse oblige, il est bien parti ce matin (Live du lancement de la #MissionAlpha), enfin si Thomas Pesquet n’a pas oublié de le mettre dans sa valise avec sa provision de flocons d’avoine 😉

Euh, mais non, pas son cheval… mais un organisme vivant très curieux appelé Physarum polycephalum (un myxomycète) et surnommé affectueusement par tous les scientifiques Blob (mais non, pas Bob l’éponge !), le BLOB !

2000 classes (primaire, collège et lycée), sont invitées à participer à une expérience éducative originale proposée par le CNES, en partenariat avec le CNRS et avec le soutien de l’académie de Toulouse (à lire => ici pour plus de renseignements), les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 21 mai 2021.

Sachez que vous pouvez avoir la même vue (partielle, il ne faut pas exagérer) de la Terre que les occupants de l’ISS en suivant le live de la NASA ou de leurs homologues russes qui nous dispensent d’ouvrir la page de l’ISS Tracker pour savoir où elle se trouve, et pour tous ceux qui sont sur le plancher des vaches et lèvent parfois la tête pour regarder les étoiles, il est parfois possible de la voir traverser son ciel… en France, rendez-vous la semaine prochaine (pour les horaires voir ici => http://torep.fr/ISS/passages/passages.htm) ! 😉

Belles observations à vous et n’oubliez pas de rester prudents ! ♥

Défaut de communication

Le résultat d’un sondage bidon, initié par mon journal local, est tombé et il est atterrant…

fessee

Il est sûr que la question telle qu’elle a été formulée ne sert absolument pas l’éventuel projet de loi contre les violences éducatives ordinaires, ces châtiments corporels utilisés comme seul moyen d’éducation de nos chérubins et qui deviennent rapidement de la maltraitance… on se souvient du cadavre d’une fillette inconnue découvert le 11 août 1987 au bord de l’autoroute A10 au nord de Blois dont on vient de retrouver et le nom Inass Touloub et les parents, quelques 30 ans plus tard, qui, eux… ont oublié !

Une interview de la députée Maud Petit avant le vote de ses collègues le 29 novembre prochain.

Obscurantisme

obscurantisme

Lire => la suite.

Mon sang n’a fait qu’un tour tant il y a de marge entre ouvrir l’esprit des élèves au monde qui les entoure et une quelconque islamisation forcée, les Espagnols ont bien survécu à cette période de leur histoire où musulmans, juifs et chrétiens échangeait leurs savoirs respectifs (pour ne pas être trop restrictive et encore moins réductrice) qui a été pour eux un âge d’or, non ? Depuis ils ont connu pire…

Et donc, j’ai fait des recherches, la chanson incriminée la voici, en version classique, chantée par Kamal Al-Nawawi de l’Ensemble Abdel Karim :

لما بدا يتثنى
Lamma bada yatathanna (bis)
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
Quand elle apparut avec sa démarche si fière
Hélas, hélas, hélas, hélas
Caminaba con paso oscilante
When she appeared with her walk so proudly
حبي جمالو فتنى
Hubbi jamalu fatanna
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
Mon amour m’a séduit par sa beauté
Su belleza me sorprendió
The beauty of my love has seduced me
أوما بلحظـه أسـرنا
Awmâ bi LaHzihi asarna (bis)
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
Ah comme son regard m’a asservi !
Sus ojos me han hecho prisionero
How with her gaze she enslaved me!
غصن ثنى حين مال
Ghusnun sabâ Hina mal
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
C’est un rameau qui captive quand elle se penche
Su talle se dobló mientras se inclinaba
When she bends she’s a branch that captivates
وعدي ويا حيرتــي
Waadi wa ya Hirati (bis)
Ah dans quel trouble elle m’a mis !
¡Oh, promesa mía! ¡oh, confusión mía!
Oh in what troubles she puts me!
مالي رحيم شـكوتي
Mâ li rahîma shakwati
Je n’ai pour compatir à ma plainte
¿Quién puede responder a mi lamento
I got no mercy for my wail
في الحب من لوعتـي
Fil hubbi min law’ati
à cause de la douleur provoquée par cet amour
de amor y angustia
in love cause of this pain
إلا مليك الجمــال
Illa maliku l-jamal
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
que la reine de la Beauté !
sino la más llena de gracia, la reina de la belleza?
only the Queen of Beauty!
Fil hubbi min law’ati
Illa maliku l-jamal
(reprise du premier couplet)

… et en très moderne par le Christiane Karam Quartet :

Une chanson que j’ai reconnue immédiatement, même si je ne sais plus qui d’autre que Fairuz (version dansée du film de 1968 Bint el Hares) l’interprétait à l’époque où ce genre de musique faisait partie du quotidien de mon oreille à géométrie variable…

Une dernière en version grand ensemble et chœur enregistrée en 2016

Il en existe bien d’autres…

« Soyez toujours capables de ressentir, au plus profond de vous-mêmes, n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui en n’importe quelle partie du monde. C’est la plus belle vertu d’un révolutionnaire… »

Bonnet d’âne

… certains le soupçonnaient depuis déjà bien longtemps, mais cela vient d’être confirmé 😦

ane

Lire la suite de l’article ici, ou bien les mêmes résultats par => ici, ou encore les résultats sous la forme de graphiques, directement sur le site de l’OCDE

ocde

J’ai le souvenir d’adultes qui n’avaient fait pour toute scolarité que 3 ans d’école pour cause de guerre et de la nécessité pour ces adolescents de travailler pour aider leur famille à survivre… mais ces temps de disette et malheur me semblaient révolus depuis les trente glorieuses, pour les générations suivantes qui n’ont pas connu de conflit direct, ni aucune privation.

«Il y a trois dimensions importantes, conclut Stefano Scarpetta, l’accès à la formation, le développement des compétences tout au long de la vie professionnelle et l’utilisation des compétences en adéquation avec le poste occupé».

Rien d’autre (sinon « les mauvaises performances de la France sont en bonne partie imputables aux résultats des 45-65 ans ») n’est avancé pour expliquer ces mauvais résultats, mais si cette tranche de la population a omis de développer ses connaissances (merci au nivellement par la base offert contre une redevance conséquente par notre indécrottable télévision), que vont devenir les plus jeunes qui eux, ne jurent que par leurs omniprésents jeux vidéos ?

volubilis1