De saison

Fairuz restera toujours Fairuz, même si en 2011 on est très loin de sa voix de 1967 quand elle a enregistré l’album Good Friday : Eastern Sacred Songs, elle a quand même de très beaux restes et l’on n’évoque pas l’âge des dames !

Autre chose, ne me demandez pas pourquoi, car je l’ignore, mais c’est le jour où il faut semer son persil, il sera florissant !

Obscurantisme

obscurantisme

Lire => la suite.

Mon sang n’a fait qu’un tour tant il y a de marge entre ouvrir l’esprit des élèves au monde qui les entoure et une quelconque islamisation forcée, les Espagnols ont bien survécu à cette période de leur histoire où musulmans, juifs et chrétiens échangeait leurs savoirs respectifs (pour ne pas être trop restrictive et encore moins réductrice) qui a été pour eux un âge d’or, non ? Depuis ils ont connu pire…

Et donc, j’ai fait des recherches, la chanson incriminée la voici, en version classique, chantée par Kamal Al-Nawawi de l’Ensemble Abdel Karim :

لما بدا يتثنى
Lamma bada yatathanna (bis)
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
Quand elle apparut avec sa démarche si fière
Hélas, hélas, hélas, hélas
Caminaba con paso oscilante
When she appeared with her walk so proudly
حبي جمالو فتنى
Hubbi jamalu fatanna
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
Mon amour m’a séduit par sa beauté
Su belleza me sorprendió
The beauty of my love has seduced me
أوما بلحظـه أسـرنا
Awmâ bi LaHzihi asarna (bis)
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
Ah comme son regard m’a asservi !
Sus ojos me han hecho prisionero
How with her gaze she enslaved me!
غصن ثنى حين مال
Ghusnun sabâ Hina mal
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
C’est un rameau qui captive quand elle se penche
Su talle se dobló mientras se inclinaba
When she bends she’s a branch that captivates
وعدي ويا حيرتــي
Waadi wa ya Hirati (bis)
Ah dans quel trouble elle m’a mis !
¡Oh, promesa mía! ¡oh, confusión mía!
Oh in what troubles she puts me!
مالي رحيم شـكوتي
Mâ li rahîma shakwati
Je n’ai pour compatir à ma plainte
¿Quién puede responder a mi lamento
I got no mercy for my wail
في الحب من لوعتـي
Fil hubbi min law’ati
à cause de la douleur provoquée par cet amour
de amor y angustia
in love cause of this pain
إلا مليك الجمــال
Illa maliku l-jamal
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
que la reine de la Beauté !
sino la más llena de gracia, la reina de la belleza?
only the Queen of Beauty!
Fil hubbi min law’ati
Illa maliku l-jamal
(reprise du premier couplet)

… et en très moderne par le Christiane Karam Quartet :

Une chanson que j’ai reconnue immédiatement, même si je ne sais plus qui d’autre que Fairuz (version dansée du film de 1968 Bint el Hares) l’interprétait à l’époque où ce genre de musique faisait partie du quotidien de mon oreille à géométrie variable…

Une dernière en version grand ensemble et chœur enregistrée en 2016

Il en existe bien d’autres…

« Soyez toujours capables de ressentir, au plus profond de vous-mêmes, n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui en n’importe quelle partie du monde. C’est la plus belle vertu d’un révolutionnaire… »

Images d’archives

… dans l’intimité de Vladimir Vissotski, homme de théâtre, auteur, compositeur et interprète, accessoirement un des compagnons de route de Marina Vlady.

Dans mon âge tendre la radio nationale diffusait sur les grandes ondes un programme d’accordéon le dimanche matin, accordéon musette que j’ai même par moments trouvé ringard avant de redécouvrir l’instrument dans d’autres emplois et sous d’autres latitudes.

Ce matin, je n’ai pas allumé la radio, mais par associations d’idées l’humeur du jour est nostalgique et tendance plutôt russe alors qu’elle aurait pu être polskie kolędy (chants de Noël) ou pour faire honneur au soleil d’hiver matinale avec Fairuz ou une de ses opérettes.

Vendredi Saint

Le disque de Fairuz dont provient cet extrait est, à mes yeux, un joyau des plus précieux…

وا حبيبي وا حبيبي أي حال أنت فيه
من رآك فشجاك أنت أنت المفتدي
يا حبيبي أي ذنب حمل العدل بنيه
فأزادوك جراحاً ليس فيها من شفاء
حين في البستان ليلاً سجد الفادي الإلة
كانت الدنيا تصلي للذي أغنى الصلاة
شجر الزيتون يبكي و تناديه الشفاء
يا حبيبي كيف تمضي أترى ضاع الوفاء

ouest

Traduction en anglais