Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘faune’

Causses et Cévennes

… des seulement quatre départements suivants : Aveyron, Gard, Hérault et Lozère (le Causse de Gramat n’est pas concerné pas plus que le Quercy en général), mais intéressant si vous avez un doute concernant une plante ou un insecte 😉

Un site à connaître (merci à eux pour le mal qu’ils se sont donné pour rassembler, classer et légender tous ces clichés) donc et à visiter sans modération pour prendre un bol d’air frais => Fleurs des Causses et des Cévennes

Pour qui se poserait la question, ma huit-pattes est toujours vivante (après l’orage diluvien, sa toile était reconstruite) 😉

Read Full Post »

Vous connaissez déjà ceux d’un pique-nique de Noël à Rocamadour et le livre que je relis de temps en temps. Vous connaissez déjà aussi la chanson Czarny Kot (et sa variante musclée le gros Gruby czarny kot) et avez entendu parler du cabaret du Chat noir à Montmartre… voici la version du Kot Teofil, qui était peut-être noir lui aussi, par Karel Gott, célèbre crooner tchécoslovaque (Maya l’abeille)

Mais sous ce même titre de Czarny Kot il y a ce petit bijou très kitch par le groupe vocal féminin Alibabki actif à Varsovie entre 1963 et 1988 😉

Pour la petite histoire, le chat noir s’appellerait Théophile (comme T. Gautier chez nous, qui a écrit bon nombre de nouvelles fantastiques en plus du Roman de la momie -un autre de mes dadas- et de ses autres activités) 😉

Bon WE à vous, soyez prudents ! ♥

Read Full Post »

Avant l’orage

Quatre pattes ou huit pattes, au choix, si les 4 sont à l’abri, j’ignore comment la 8-pattes dont je ne connais que la face ventrale aura résisté aux 45mm d’eau et de grêlons qui nous sont tombés sur la tête… on verra au matin si sa toile est refaite 😉

Read Full Post »

Ce n’est pas une référence au film russe de 1957, signé Mikhaïl Kalatozov, Palme d’or au Festival de Cannes l’année suivante, d’après Éternellement vivants, la pièce de Viktor Rozov, écrite en 1943, mais une constatation de quelques lacunes d’un correspondant de notre presse régionale, il (ou elle) a vu (ou on lui a signalé) la présence de quelques cigognes sur le grand cèdre de sa commune et il s’imagine déjà, sans rien savoir de la vie de ces majestueux oiseaux migrateurs, qu’elles s’installent pour nicher… (en septembre ?)

 

Voir l’intégralité de la photo (cliquer sur l’image) de l’article en question dans La Dépêche du Gers, puisque d’« Insolite » quand je l’ai vu, il a été transformé en « Réservé aux abonnés », et que vous ne pourrez pas y lire qu’après s’être régalées des raisins de la vigne, les cigognes ont passé la nuit sur le cèdre… et, d’après les commentaires… il semblerait que l’auteur du cliché n’ait pas été avisé de son utilisation, comme quoi, donner une photo à un correspondant du journal vaut pour accord tacite !

Les cigognes nichent après leur migration du printemps, dès que le couple s’est reformé, pas très loin de son propre lieu de naissance suivant la disponibilité des nids. Elles couvent et élèvent leurs petits. Elles ne commencent à repartir en direction des sites d’hivernage que vers mi-août, les jeunes nés de l’année partent d’abord, munis des indications des adultes (le plaisir d’avoir vu, une fois, la famille réunie sur la plateforme pour les dernières recommandations, j’ignorais tout à l’époque), une fois arrivés ils y resteront quelques années, le temps d’atteindre leur maturité sexuelle. Les parents eux, restent sur le site de nidification plus longtemps, en fait, le temps de reprendre quelques forces après le dur labeur d’élever une couvée et… ils ne vont pas remettre le couvert en septembre, ils ne sont pas fous, de plus, le couple se sépare et chacun vit sa vie d’oiseau libre en attendant le printemps suivant.

Bonne route à vous les oiseaux, malgré les embûches que nous vous y mettons de façon consciente ou pas, comme si les aléas naturels ne vous suffisaient pas…

Read Full Post »

Un métier ingrat pour le pianiste dans tous les cas, que ce soit chez les humains où l’instrument doit couvrir le bruit des fourchettes et des conversations…

ou pour Paul Barton en Thaïlande en prise avec l’efficace éclatement des tubercules d’igname et leur mastication par les éléphants à la retraite… et pour le plaisir, les dissipés de la classe 😉

Une petite évasion culturelle en attendant mardi et l’annonce des nouvelles mesures prises par notre gouvernement, ne gambergez pas trop, prenez soin de vous et sortez couverts ! ♥

Read Full Post »

J’ai passé un certain nombres d’heures à regarder gambader une famille d’ours dans la forêt d’Alutaguse (Estonie), on y voyait aussi entre autres, des sangliers, renards, chiens viverrins et de superbes corneilles mantelées avant qu’une catastrophique situation de crise chez les Suidés ne nous prive des nuits de pleine lune ou des orages dont les éclairs illuminaient l’image sur mon écran…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Certes, aujourd’hui la vue est totalement différente de celle d’autrefois… mais la vidéo du premier avril, qui nous montre le réveil de l’ours et sa découverte de la caméra qui n’était pas là quand il s’est couché à l’automne, nous prouve que l’on peut encore être surpris, même dans une clairière sans charme particulier qui semble vide au premier regard (mais pas au deuxième où serait visible une femelle de grand tétras selon le forum et où a été aussi vu un élan 😉 !).

La webcam diffusée en live sur YouTube est ici  => Forêt d’Alutaguse.

Belles observations à vous ! 😉

Read Full Post »

Regarder la mer

phoq01

Cette => webcam estonienne, qui ne fonctionne pas la nuit (batterie solaire oblige), m’a longtemps fait défaut… l’orientation n’en est plus la même, si bien que le son des rafales de vent dans le micro n’est pas forcément agréable et couvre le babil des bébés phoques qui attendent le retour de leur mère pour la tétée… Un aigle de mer semble attendu pour un éventuel nettoyage, mais je ne suis pas sûre d’être témoin de la scène 😉

Belles observations !

Read Full Post »

simbaSon histoire singulière, racontée dans La Dépêche du Midi, aura été une invitation au voyage… puisqu’on y parle du cirque Bostok, à l’arrêt depuis près d’un an dans le Maine-et-Loire, et qu’il y est écrit :

Le circassien est convoqué par le tribunal correctionnel.

Le mot utilisé me paraissant impropre, pour moi ce serait uniquement : relatif à la Circassie (région historique située au nord du Caucase, dont quelques femmes sont à l’origine de descendants aux yeux bleus en Turquie) et non appartenant au milieu du cirque, je me suis retrouvée, après une courte recherche, sur l’explication de cette dérive dans la page vocabulaire du site Fils du Vent sans Pays, que je ne connaissais pas 😉

Une très belle occasion de chercher enfin des nouvelles de Gérard Gartner dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois.

ggartner2019

Les statues oubliées (?) qui avaient ainsi échappé à une destruction désirée et programmée (voir la vidéo => Ultima Verba, l’Ultime), dans la courette en bas du jardin ont disparu (?) courant 2019, mais lui, il semble bien progresser dans son projet d’écriture, si j’en crois le bel article que Christine Moutte lui a consacré en août 2019 pour le journal La Montagne.

ggartner

De très belles photos, signées Jeannette Gregori, nous le montrent dans son opération Massacre à la tronçonneuse, et dans sa nouvelle résidence corrézienne 😉

Belle continuation à vous l’Ami !

 

 

 

 

 

Read Full Post »

La rencontre de samedi

Tout a commencé par une partie de cache-cache avec une guêpe poliste posée sur une rampe métallique de section circulaire, dans un pâle rayon de soleil… à chaque fois que je m’avançais, elle disparaissait de mon champ de vision, j’ai donc renoncé, après quelques essais infructueux, à lui tirer le portrait pour la laisser à son bain de soleil régénérateur… et j’ai donc pris le sentier bucolique pour rentrer 😉

Dans mon souvenir je voyais ce Tircis (Pararge aegeria) plus orangé… mais papillon commun du printemps à l’automne, que fait-il encore fin janvier ?

Read Full Post »

Drôle d’oiseau

C’était à l’heure du geai, à la mangeoire pour oiseaux du ciel de la station de sauvetage d’animaux de Makovie…écureuil

Ils sont plusieurs 😉

Si vous voulez étudier les petites manies, entre autres, du geai gobeur de tournesol, de celui qui trie à grands coups de bec et fait remonter les noix décortiquées, des mésanges opportunistes qui ramassent le tournesol volant plutôt que de s’attirer les foudres du corvidé en piochant dans la corbeille, du chevreuil curieux ou de l’aigrette de passage et du verdier irascible qui en oublie de manger pour faire la guerre à la concurrence…

c’est => par ici 😆

La deuxième caméra vous offre la vue autour du plan d’eau et de ses visiteurs.

Belles observations !

 

Read Full Post »

Older Posts »