La plante mystère

Cela fait quelques jours qu’elle m’intrigue à chaque fois que je passe par là, elle est située au milieu d’un massif, ressemblerait à une espèce spontanée exotique, car je n’ai jamais vu ces gros boutons (floraux ?) alors j’attends la suite des événements ! 😉

Pour moi, une chose est sûre ce n’est pas un robinier faux acacia ordinaire, même si, au départ, le feuillage l’aurait laissé penser !

Après ce énième cliché de l’intrigante, mes pas m’ont amenée vers des escaliers que je ne vous ai pas encore fait grimper…

Bon week-end à vous ! ♥

Optimisme naturel

L’amitié singulière que se vouent un laurier noble à double tronc semé par les oiseaux et un fuchsia de Magellan, planté par mes soins, qui, plutôt que de vivre sa vie, a choisi de se servir des troncs du premier pour prendre de la hauteur, m’émerveille toujours, par contre il est difficile d’en faire une belle image ! 😉

Les belles journées de ce mois d’octobre semblent illusionner aussi dame Nature, car quelques plantes du genre frileux ont encore des velléités de fructification malgré la fraîcheur nocturne d’un ciel presque dégagé, la vie est plus dure pour cet oiseau sédentaire pour lequel je me sens démunie…

Se tenir debout

Nous ne serions pas les seuls à avoir adopté la station verticale et à pouvoir le faire ! 😉

Catherine Lenne, chercheuse en biologie végétale à l’Université Clermont Auvergne étudie (avec ses collègues) la sensibilité et les réponses des arbres face aux stimulations mécaniques, et répond aussi aux questions d’Anna Furic de Radio Saint Vincent, webradio lycéenne de Rennes.

Elle a aussi publié le livre « Dans la peau d’un arbre » aux éditions Belin, destiné au grand public, mais délaisse son blog Des fleurs à notre porte, c’est regrettable, mais il faut bien reconnaître que c’est une activité chronophage et que nos journées ne font que 24h ! 😉

Diabolique ?

Petit tour au jardin après l’orage de la nuit, où, alors que je n’y croyais plus j’ai vu 2 fleurs sur mon semis de cucamelon (Melothria scabra), le concombre mexicain à confire, une expérience très en retard sur mon planning de jardinage, puisque j’avais déjà dû refaire le semis en godet, puis comme les escargots sont passés par là le deuxième jour après la plantation malgré ma barrière de coquilles d’œufs mixées j’avais remis une graine en terre en désespoir de cause avant de voir enfin une plantule maigrichonne mais bien en vie, bon je ne pense pas m’étrangler avec la récolte, mais c’est un début ! 😉

Mais j’ai aussi croisé quelques bestioles, certaines anodines, mais d’autres, dont une, comme Halyomorpha halys, la très polyphage punaise diabolique, moins, parce que féroce ravageur des fruitiers et autres végétaux, que j’ai revue ensuite lors de ma sortie dans le village pour poster quelques courriers… Et bien, après Nezara viridula, la punaise verte du soja, il semblerait bien que nous ayons aussi la punaise diabolique, je vais avoir beaucoup de monde à mon cours de natation en bocal d’eau savonneuse !

Ma promenade du jour a commencé par des escaliers non encore terminés, des amoureux ont laissé la trace de leur passage sur ceux de nos jardins suspendus, puis, pour aller nourrir une minette efflanquée, à la rue depuis la mort de sa maîtresse, dans un jardin ami dont j’ai la clé, j’ai emprunté l’escalier qui fut bucolique avant d’avoir sa végétation ratiboisée par nos employés communaux…

Détails

L’overdose de baies de Goji (Lycium barbarum), ce ne sera pas pour cette année, quelques fleurs isolées et rempotage avec un nouveau substrat à prévoir, les vendangeuses (Sternbergia lutea) bien situées commencent à fleurir, signe que les vendanges pourraient commencer, mais, mes 4 grains de raisin sont toujours aussi verts que les figues voisines qui tombent les unes après les autres, pas de confitures (5kg, l’an dernier au 15 août) ni de desserts en vue, une minuscule araignée, dont j’ignore le petit nom, dans les Echinacea purpurea dont la fleur, même en fin de course, reste agréable à regarder.

… et les nuits sont tellement fraîches que les fleurs des belles de nuit (Mirabilis jalapa) sont encore bien épanouies quand le soleil se lève 😉

Bonne semaine à vous, si l’heure de la rentrée a sonné (et aux autres aussi, cela va de soi), prenez soin de vous !

Le gazon d’aquarium

On est très loin du poisson rouge qui tourne inlassablement en rond dans son bocal…

Cela fait rêver, et… si vous voulez modifier la jungle dans un bac déjà habité il est toujours possible de coller quelques plantes sur un joli caillou 😉

Mais bon, il faut savoir raison garder avant de penser à investir dans la télévision pour chat domestique, surtout si en vieillissant un peu plus chaque jour, vous réfléchissez à un possible futur déménagement dans une maison plus adaptée et sans étage !

Le gros chagrin de Capucine

Après les averses (qui l’eût cru, des giboulées en août ?) de la nuit, alors que les gendarmes (Pyrrhocoris apterus) folâtrent dans la guimauve qui s’est vautrée sous le vent et la pluie, et que la mineuse (Phytomyza lappae) n’en finit pas de tracer la route dans les feuilles de bardane, dame Capucine pleure… alors qu’elle a un très bel œil aux cils si bien dessinés 😉

Le croirez-vous, 17°C devant la fenêtre de la cuisine, très nuageux, le chat a renoncé à la chaise longue sur la terrasse pour squatter le canapé sur son lainage préféré, mes tomates ne vont pas mûrir demain !

Belle journée à vous ! ♥