Livraisons naturalistes

Ouvrages de vulgarisation à la portée de tous, l’information de leur parution est tombée en début de mois dans ma boîte aux lettres virtuelle que la ronron-thérapie en cours ne me permet pas d’ouvrir à ma guise, puisqu’un quadrupède, connu comme le maître du jeu, a aussi investi la tablette où est posé mon mulot, me rendant la tâche plus difficile ! 😉

Édités à compte d’auteur, par Anne-Marie Rantet-Poux, une des spécialistes en la matière (huit-pattes et blobs voyageurs l’occupent à temps plein depuis quelques années), photographe appliquée et impliquée à qui rien n’échappe, ils ne se trouvent donc pas partout, mais voici le bon de commande pour se les procurer directement à la source, il m’a depuis été confirmé, par mail, que la promotion était prolongée jusqu’à la fin du mois de janvier ! 😉

On se quitte en musique d’inspiration médiévale avec le groupe toulousain Les Compagnons du Gras Jambon, découvert chez Les Caphys, un peu remuant certes, mais qui pratique l’art de divertir les gens bons ! 😉

Juste en passant, Vik’ n’était pas tatoué en 2016. Pour fêter ces bonnes nouvelles (et pour qui a très soif), il est possible, dans le même style, de lever la corne avec Les Bâtards Du Nord (du Québec).

Dépêchez-vous, il n’y en aura pas pour tout le monde ! ♥

La vie de la forêt

Au royaume des champignons, de très belles images de tout ce qui peut bouger autour d’eux ! 😉

Pour en savoir plus, l’atlas des champignons que l’on peut trouver sur place et, pour qui aime les oiseaux de la forêt, c’est par ici avec les nids et leurs habitants, avec plein d’autres sur la chaîne Echa Leśne ! 😉

À vos chaussures de marche ! ♥

Variations autour du bouleau…

Quelqu’un entre régulièrement sur ce blog par le billet Enfermement… consacré à trois grandes chansons russes sur le thème de la prison et qui se termine par une version bouriate d’un autre grand classique, plus romantique, intitulé Bouleau blanc, qui peut nous emporter dans l’immensité de l’imaginaire slave, aussi je tournerai aujourd’hui, musicalement, autour de cet arbre emblématique (chanté par deux Ukrainiens) que les citoyens russes, hors de leurs frontières, sont très étonnés de trouver ailleurs que chez eux !

Voici l’interprétation, grand spectacle pour l’émission « Conte d’hiver pour adultes », (avec les paroles, sous la vidéo sur YT) d’Alekandr Dyumin

J’avoue, j’aime l’élégance du bouleau, mais n’irai pas enlacer celui de la commune, il est bien trop visible sur sa place pour être étreint sans s’exposer à la curiosité d’autrui, j’aime aussi l’amertume dépurative du jus de bouleau (à base de ses feuilles), la douceur revitalisante de la sève de bouleau au printemps (même si je sais que son prélèvement signe la mort de l’arbre) et mes matriochkas qui ne sont pas russes mais ont été adoptées, fin des années 1890, quand Savva Mamontov (industriel et mécène) rapporta du Japon une série des sept Divinités du Bonheur, qui fut ensuite transformée en joyeuse paysanne (contenant toute sa progéniture) russe par Sergueï Malioutine (peintre) et Vassili Zviozdotchkine (qui en a sculpté le modèle) sur le domaine Abramtsevo de l’industriel, avant de devenir les incontournables objets pour touristes ou nostalgiques qui ont contribué à alimenter les caisses de l’état.

On continuera notre exploration de la forêt avec l’interprétation plus pop de Viktor Petlyura

… et enfin celle, avec des images d’arbres, d’Andreï Kartavtsev, né à Omsk en Russie (je commençais à désespérer !)

J’aime aussi mon billot destiné à faire mon petit bricolage dont des pointes à quatre faces aux futurs piquets du plessis de mes rêves au jardin ! 😉

La jeune génération représentée par le duo mixte Bahh Tee & Turken, préfère signer et appeler sa composition (dans un registre beaucoup plus actuel et même carrément urbain) Vent et bouleau

La seule voix féminine en solitaire (inconnue, je crois avoir d’ailleurs déjà essayé, sans succès, de lever le mystère) à célébrer le bouleau (Il y avait un bouleau dans le champ) le fera dans le mode folklorique, sur fond de balalaïka, et plutôt destiné à un jeune public…

Dernière tribulation du jour sur le sujet, attention !… c’est en effet, un concentré de clichés qu’il vous faudra recevoir avec beaucoup d’humour, extrait d’une série russe où le personnage principal, tenu par Sergeï Bezroukov, chante Bouleaux du groupe Lyube (spécialiste des chants patriotiques, qui aurait un très grand fan à la tête de l’état), célèbre pour sa chanson Pourquoi les bouleaux bruissent-ils si fort en Russie ? ! 😉

C’était cadeau ! ♥

Flora

Elle est la déesse romaine de la végétation et la femme de Zéphyr, le dieu du vent d’ouest. J’ai peut-être croisé cette Fleur (ou Florette) dans une vie antérieure, il faudrait que je retrouve un faire-part de mariage rangé dans ma boîte aux secrets 😉

Pour l’illustrer, je vous propose de quitter la terre ferme, et de vous battre contre le vent, en pleine mer, avec un extrait de la dernière création de Mourad Merzouki, intitulée justement Zéphyr, commandée par les organisateurs du Vendée Globe, course (sans escale, ni assistance) autour du monde, à la voile et en solitaire, dont le dernier départ (donné tous les quatre ans à partir des Sables-d’Olonne) date de novembre 2020.

Attention, c’est très moderne… il est possible de ne pas y adhérer 😉

Marguerite d’automne

Vous avez échappé à « C’est l’aube », l’inscription sur la pierre tombale de Jean Lurçat, mais comme je n’en ai pas de cliché personnel, n’ayant jamais visité le cimetière de Saint-Laurent-les-Tours, je vous propose une fleur très élégante, qui fut dans mon jardin, trois ans de suite, fidèle à son rendez-vous automnal qu’elle égayait par sa douceur, avant d’être dévorée par une armée de gloutons du genre baveux…

Au cœur de la vie

Nos scientifiques ont beau se donner beaucoup de mal pour en percer tous les secrets, une chose est sûre, en grossissant les détails au maximum, il arrive toujours un moment où tout devient suffisamment flou pour préserver une ultime part du mystère ! 😉

Bonne fête aux citrouilles, et SVP, ne sonnez pas chez moi, il n’y aura pas de bonbons, mon triste sort et mon programme de bricolage seront parfaits ! 😉

Le mur

Ce fut une bonne journée, que je souhaitais riche en belles images d’automne, mais, si nos nuits sont un peu fraîches, l’arrière-saison a été assez belle et la végétation se semblait pas très décidée à se parer des couleurs que j’attendais lors de ma sortie dans le nord du département.

C’est donc dans mon village, et une semaine plus tard, que la vigne-vierge sur un mur qui, de face ou de profil reste toujours aveugle, même avec son lampadaire, a illuminé ma journée et que j’ai découvert, pas très loin, mon 3ème pied de séné (voir La plante mystère et ses commentaires) dans un massif floral négligé, au bord de la départementale, comme quoi, tout finit par arriver, un jour ! 😉

Impensable, bien sûr, de pouvoir jouer les artistes et le peindre, pour se faire plaisir, en famille, sans se faire remarquer…

… aussi, voici quelques idées de lecture (je viens de les rendre à la bibliothèque), une activité presque sans risque, à pratiquer dans son fauteuil préféré, et, bientôt, au coin du feu ! 😉