Appeler un chat, un chat

S’il y a bien quelqu’un qui n’avait pas peur d’appeler les choses par leur nom, c’était bien lui, Arnold Charles Ernest Hintjens, dit Arno, le chanteur belge le plus célèbre après Adamo et Stromae (et quelques autres aussi cela va sans dire), subtil mélange de Tom Waits et de feu Alain Bashung, qui me fait parfois un peu penser à Renaud. Il s’est éteint à Bruxelles samedi dernier.

Arno – Les Yeux De Ma Mère (live op FM Brussel)

La chaîne RTBF lui rend un hommage très bien fait => ici, pour les plus curieux d’entre vous… et merci à l’algorithme de YT qui me l’a subtilement suggéré alors que je faisais une recherche sur Farrah El Dibany, de l’Opéra de Paris, et m’a donc fait savoir qu’après un long et courageux combat, la maladie avait malheureusement gagné ! 😦

Grippe aviaire

(Source de la copie d’écran : La Dépêche)

… j’en reste un peu, et même beaucoup, sans voix !

La situation en France, fin mars, selon la source officielle qu’est le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation : Influenza aviaire : la situation en France.

Livraison

Si les gens savaient, oui, et s’ils se donnaient la peine de vouloir savoir…

Après l’excellent livre (plutôt assez technique) signalé ici par Sandrine du blog L’Eutopia, voici quelque chose de plus accessible, pour le grand public, puisque ce sont des témoignages sur le terrain partout en France. Ce livre signé par Nora Sahara est sorti en mars 2021 chez Robert Laffont, mais je ne pense pas que depuis, la situation de l’hôpital se soit réellement améliorée, la santé n’est pas aussi prioritaire que ses actions pour un banquier et sa cour.

Les commentaires, si vous regardez cette vidéo sur YouTube, sont intéressants et cette femme me rappelle une infirmière croisée dans une clinique de l’ouest parisien en 2003 qui était déjà tellement stressée (elle semblait particulièrement redouter le chirurgien qui m’avait opérée, pour une raison qui m’était inconnue) qu’elle en avait raté une des injections quotidiennes préalables à ma sortie de ce lieu si plaisant ! 😉

Et ce n’est pas parce que les médias vous encourageront à continuer de vous soigner si vous avez une affection chronique ou un problème connu et en cours de traitement que vos résultats d’analyses vous seront communiqués rapidement comme avant la pandémie… il vous faudra vous armer de patience !

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes qui se croit encore civilisé !

(C’était en 1954…)

Kafka, au secours !

Vous avez peut-être vu la vidéo d’une infirmière suspendue de ses fonctions, et, alors que le personnel hospitalier déjà déficitaire (et encore en place actuellement) est au bout du rouleau et représente donc un danger potentiel pour les malades hospitalisés, que les campagnes sont des déserts médicaux, après avoir entendu ce témoignage…

Pauline Chaniat, praticienne à Auxerre (Yonne), invitée d’André Bercoff à Sud-Radio.

… vous aurez une idée de la situation encore plus ubuesque chez les dentistes ! 34 dentistes pour 100 000 habitants, cela ne fait qu’un peu plus de 2941 patients potentiels pour chacun d’entre eux, j’ignore à combien nous en sommes dans mon département, mais cela ne doit pas être guère plus folichon !

La gestion de cette crise à grands coups d’interdictions, de restrictions de toutes sortes dans le seul but de vacciner tous les Gaulois aurait-elle une autre raison encore plus inavouable (style l’éradication pure et simple d’une bonne partie de la population) que celle de vouloir se remplir les poches avant une apocalypse provoquée ?

Supprimer les hôpitaux de campagne, supprimer des lits et fermer des services entiers dans les autres, empêcher les bonnes volontés de travailler est la preuve même que le maintien de la santé des Français n’est absolument pas une priorité pour la génération des politiques en place, bien qu’ils s’ingénient à trop vouloir nous faire croire le contraire… il est vrai que toutes nos industries ont été délocalisées et que nous n’avons donc plus besoin de main-d’œuvre, les robots pouvant aisément remplacer les derniers ouvriers en place, notre agriculture est à l’agonie et… tous ces retraités à devoir payer à ne rien faire (autrefois ils avaient le bon goût de tomber comme des mouches dans les 6 mois avant ou après avoir rangé leurs outils, maintenant ils partent se dorer la pilule quelques années au Portugal ou ailleurs !). Les plus fidèles d’entre vous auront remarqué qu’en plus d’avancer dûment masquée comme il se doit, je me suis aussi muselée en consacrant mon espace deux jours par semaine à des challenges très innocents pour m’éviter de trop déborder, car, comme ma rivière en crue après deux jours de pluie, ma coupe est pleine…

On pourra toujours se consoler avec ceci, bien qu’il ne soit pas signalé dans le descriptif que ce député est Philippe Lamberts (Eurodéputé Belge), ni que cela a été filmé en 2018, d’où l’absence d’allusion à l’actualité du moment (leur FB a d’ailleurs compilé quelques vidéos intéressantes destinées à frapper les esprits).

Décidément 2022 commence bien mal et s’annoncerait comme une année paradoxale dont seuls les plus résistants s’en sortiront indemnes. Petit conseil gratuit, en passant, débranchez votre TV, ne lisez pas les journaux, n’écoutez pas la radio et cultivez votre jardin, pour ne pas dire tous à vos bunkers ! Réveillez-vous, Noël c’est fini, on range toutes les décorations !

Réflexion sur notre quotidien

Cela fait quelques temps (10 jours ?) que je n’ai pas râlé, mais rassurez-vous, cela ne veut pas du tout dire que je suis guérie, alors j’ai trouvé, pour changer un peu, quelqu’un qui le fera très bien pour moi, elle est infirmière, suspendue pour défaut de Pass sanitaire, alors que l’on manque cruellement de personnel hospitalier et que certains de ses collègues officient avec un faux permis de travailler !

Elle est peut-être un peu extrémiste et beaucoup plus virulente que moi (jeunesse oblige)… mais je partage son opinion au sujet de la fracture sociétale entre les « pour » et les « contre », tout simplement parce que, comme elle, je n’ai pas du tout envie de servir de cobaye non rémunéré (ceux qui choisissent d’expérimenter des molécules pour un laboratoire, signent un contrat et le sont), et que je n’ai jamais été très obéissante !

C’est aussi un peu long, surtout quand on apprend entre temps que l’émergence du Covid serait le résultat d’une expérience américaine en Chine qui auraient mal tourné… Je ne sais pas pourquoi, mais si cette hypothèse était bien la réalité cela ne me surprendrait qu’à moitié… et le cynisme des fabricants de faux vaccins (qui ne sont que des sérums OGM dont l‘efficacité est de plus en plus sujette à caution) expérimentés sur des cobayes humains à l’échelle de la planète entière ne m’étonnerait guère plus. A côté de cette révélation, les expérimentations des médecins nazis sur les prisonniers de leurs camps de concentration (lisez le roman Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux de Martha Hall Kelly, ou l’histoire des « Lapins » de Ravensbrück) ne seraient plus que de la roupie de sansonnet, surtout sachant que les sauveurs de la vieille Europe de l’époque se sont empressés de faire sortir de prison lesdits médecins après leur procès et de leur fournir une nouvelle identité et un travail… au motif que l’on ne pouvait pas laisser se perdre de tels génies scientifiques !

Je sais, je ne vais pas me faire que des amis, mais je vous offre quand même une jolie photo d’hier soir ! ♥

Uwaga! Votre attention SVP !

Locaux et touristes (malades ordinaires et interventions programmées, nous sommes désolés mais il vous faudra revenir plus tard !), débrouillez-vous pour ne pas (ou plus) tomber malades dans notre département, l’hôpital sature ! C’est le gros titre du jour dans le journal régional à voir => ici.

On comprend mieux pourquoi les populations sont priées, avec tant d’insistance, de servir de cobayes gratuits aux laboratoires pharmaceutiques qui ont bricolé des semblants de vaccin qu’ils font injecter militairement à tour de bras par des citoyens obéissants (qui culpabiliseront ensuite leur vie durant devant les effets secondaires et séquelles si par malheur cela se produisait sur un de leurs proches) alors même que les expérimentations ne sont pas terminées.

D’ailleurs, à ce propos savez-vous que les expérimentateurs humains de médicaments sont généralement recrutés et rémunérés pour un protocole bien établi par le laboratoire et que, dans le cas précis du Covid, nous sommes bien vendus (et non payés pour notre disponibilité) aux laboratoires, parfois officiellement, comme en Israël, pour négocier une ristourne sur le prix des doses vaccinales, mais le plus souvent de manière opaque par nos dirigeants du moment !

Avec 5 places en réanimation à Cahors, capitale départementale (on peut bien grappiller 1 ou 2 places de plus par hôpital secondaire ?), 96 départements en métropole et 5 d’outre-mer, en tenant compte du possible fait que les 13 capitales régionales soient dotées d’un CHU (Centre Hospitalier Universitaire) avec un service plus étoffé, on peut légitimement trembler comme une feuille (bientôt morte ou une bête à l’abattoir !) devant l’ampleur du désastre dans notre système de santé. Avant d’avoir lu ce titre alarmant, cette nuit, dans mon lit au lieu de compter les moutons, sachant que le Pass sanitaire est obligatoire pour aller à l’hôpital (sauf Urgences et Covid) je me posais la kafkaïenne question de savoir s’il fallait continuer d’appeler « Urgences » un service dans lequel vous pouvez passer des heures sur un brancard avant que l’on ne s’aperçoive de votre présence ?

On comprendra, bien sûr, que pour désengorger les hôpitaux parisiens, on a encouragé les départs en vacances et l’on n’a pas besoin d’être devin pour constater la détresse du personnel des services de réanimation des départements touristiques les plus prisés… tout cela pour éviter que les derniers citoyens qui ont encore quelques neurones en activité (contrairement aux décérébrés que sont devenus tous les consommateurs à outrance de malbouffe industrielle, d’écrans et autres servitudes du monde moderne) ne descendent dans la rue, demander des comptes à moins d’un an des élections.

Restriction d’usage : je ne cautionne pas du tout la destruction des centres vaccinaux et doses de pseudo-vaccins, il doit bien y avoir d’autres moyens de se faire entendre, personnellement, je ne choisirai pas aux présidentielles, entre la peste et le choléra (industries de l’armement, pharmacie et agro-alimentaire, même combat de destruction massive !), si toutefois nous pouvons vraiment encore parler de réel choix car il y a des lustres que nous ne votons plus pour un programme mais contre une chose passablement innommable que l’on a encore la décence de ne pas vouloir pour notre pays, et mettrai, pour la première fois et à contrecœur les 2 bulletins dans l’enveloppe.

Respect au personnel hospitalier et autres soignants qui font face, avec beaucoup de courage et d’humanité, au lent démantèlement de leur outil de travail, initié depuis très longtemps par des générations successives de politiciens très myopes, presque les mêmes que ceux qui avaient entrepris, en leur temps, de dégraisser le mammouth et dont on voit bien le résultat dans le langage SMS dégradé de nos chères têtes blondes !

Mise à jour du 21 août :

L’article initial de La Dépêche a été rectifié et annonce 8 malades Covid, en réanimation plus 2 je ne sais où et plus encore 5 ailleurs ce qui ferait 15 lits à Cahors, comme cette rectification est pour moi très nébuleuse, que je ne sais pas qui de l’hôpital ou du journal a fait la bourde, je laisse donc ma copie d’écran d’origine qui a le mérite de frapper les esprits 😉