Que d’eau !

Alors que depuis le début de la nouvelle année les éclaircies sont plus que rares et que mes vitres, propres la veille de Noël, ne le sont déjà plus, je considère qu’il n’y a aucun risque à écouter Florence Foster Jenkins, qui aurait inspiré à Hergé le personnage de la Castafiore, dans une page d’anthologie : Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen, un air de l’opéra La Flûte enchantée de Mozart

Pauvre pianiste qui essayait de sauver les meubles et une pensée au public non averti des contre-performances de l’artiste qui se retrouvait à l’opéra… comique ! 🙂

Pour se remettre les oreilles à l’endroit voici une => Reine de la nuit plus convaincante en la personne de Patricia Petibon, et je me sens tout d’un coup beaucoup mieux 😆

Pour les curieux ou les masochistes, on peut voir quelques tenues de scène qu’elle dessinait elle-même dans une autre vidéo => Adele’s Laughing Song de J. Strauss (le même air audible par Edita Gruberová), ou même la voir évoluer dans cet extrait de film (rare) des années 1930 :

… et tout savoir sur ce personnage grâce au documentaire de Donald Collup datant de 2008 => Florence Foster Jenkins: A World Of Her Own.

E Lucevan Le Stelle

Le final de Tosca, opéra en trois actes de Giacomo Puccini, créé en janvier 1900, se passe sur les remparts du château Saint-Ange à Rome…

domil15

(La webcam => Pont Saint-Ange et château – Rome)

Mario Cavaradossi (Roberto Alagna), après y avoir chanté son bonheur passé, est fusillé au petit matin sur la terrasse et Floria Tosca (Angela Gheorghiu), de désespoir, se jette (selon le livret) depuis une tour dans le Tibre.

Il n’est pas interdit de préférer Luciano Pavarotti ou Giuseppe di Stefano dans le rôle de Cavaradossi et Maria Callas ou Mirella Freni dans celui de Tosca ou bien encore Franco Corelli & Maria Caniglia,  Plácido Domingo et Raina Kabaivanska… 😉

… ce ne sont pas les interprétations qui manquent !

noel2017c

 

 

Qui se souvient…

… encore de Monsieur Jean Mouliérat ?

moulierat

Il semblerait bien que ce nom ne dise plus rien à personne, pourtant c’est ce chanteur lyrique à la voix d’or qui a restauré le Château de Castelnau-Bretenoux… et il est pour moi, vraiment dommage qu’il ait perdu sa rue à Saint-Céré au profit de la famille Delbos pour laquelle j’ai pourtant la plus grande estime.

delbos0

lire => la suite de l’article.

Cela s’appelle vraiment, que l’on me pardonne le détournement, déshabiller Jean pour habiller Pierre… 😦