Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘paix’

Pendant de très nombreuses années j’ai essayé de comprendre l’inextricable situation du Proche-Orient et ses multiples conflits interminables dont on pourrait juste penser que la seule cause serait la création officielle, le 14 mai 1948, de l’état d’Israël, mais, même si l’on remonte à quelques mois plus tôt, c’est-à-dire au vote par l’Organisation des Nations unies (ONU) du plan de partage de la Palestine du 29 novembre 1947, ce n’est pas non plus la date à retenir, pas plus que celle de la déclaration de Balfour, en 1917, établie par l’Angleterre, puissance colonisatrice à l’époque en Palestine, sur fond de démantèlement de l’empire ottoman, tout comme le Grand-Liban (est ses dix-sept communautés religieuses) était sous mandat français officiellement depuis le 1er septembre 1920, mais en pratique bien avant puisque la France de Napoléon III était déjà intervenue en 1860 pour mettre fin aux affrontements entre les Maronites et les Druzes. Je ne suis pas sûre non plus que remonter jusqu’à l’époque des Croisades nous éclairerait d’avantage, la situation géographique de cette voie de passage a certainement tout autant d’importance que l’histoire…

Pour en revenir au sujet du Liban, que l’on appelait la Suisse du Proche-Orient avant les 15 ans de guerre civile (commencée en 1975), on pourrait se limiter comme beaucoup et dire que la situation actuelle est la seule conséquence, sur le long terme, de la dispersion palestinienne après 1948 dans tous les pays arabes voisins, renforcée et entretenue par l’ingérence de quelques voisins via les milices, mais ce serait aussi se leurrer, elle est bien plus complexe que cela, rappelons-nous, en Europe, l’ex-Yougoslavie entre 1918 et 2006, une fondation artificielle regroupant 6 républiques n’ayant pas grand-chose en commun (si on avait laissé leurs peuples vivre leur vie ils se seraient ignorés avec civilité et n’en seraient sûrement pas arrivés au conflit armé), mais, les grandes puissances ont des armées et l’industrie qui les fournit est un facteur (et acteur, bien sûr) décisif dans leur économie, à cela s’ajoutent la fierté de chacun des belligérants et leur entêtement insensé.

C’est une réaction à chaud, un peu confuse certes (cela fait quelques années que mon idéalisme roupille dans ma campagne protégée où les querelles de clocher ne m’atteignent pas), mais, après ce long préambule, je tenais à vous recommander L’insulte, l’excellent film de Ziad Doueiri, qui montre comment la moindre petite étincelle peut facilement mettre le feu aux poudres, film que je viens de visionner en replay sur => Arte, il est disponible (et en français) jusqu’au 19 août.

Autres versions, en allemand, en VO sous-titrée en français, en plus des versions en ces 2 langues, pour malentendants et déficients visuels. Rifaat Torbey en Samir Geagea haranguant ses phalangistes n’est pas très ressemblant, il lui manque la petite moustache, et le portrait de Bachir Gemayel (l’éphémère président, assassiné 3 semaines après son élection), derrière lui, (que je n’ai pas reconnu, mais 1982, c’est bien loin), guère plus…

Read Full Post »

8 mai

Une page d’histoire que l’on ignore trop souvent : la réalité des naissances dans les camps de concentration nazis (pour le goulag cela sortira bien un jour…)

Les témoignages de Hana Berger Moran et Florence Schulmann (ci-dessus) sont repris dans => La Dépêche du jour avec celui de Mark Olsky (ci-dessous) :

Combien de temps la cruauté de ce génocide (étendu à tous les gêneurs) pourra rester documentée après la disparition des derniers survivants très âgés, c’est la question que se posent leurs enfants nés en 1945, à peine plus jeunes… la transmission s’impose, et ce, bien que le sujet soit très douloureux pour les témoins et leurs familles.

 

Read Full Post »

Mon arrivée dans le nord du Lot a été marquée par la découverte à l’âge de 9-10ans du massacre d’Oradour-sur-Glane perpétré par la division SS Das Reich (qui a traversé avec quelques dégâts tout notre département) le 10 juin 1944 (ensuite il y a eu, au collège, la projection du documentaire Nuit et Brouillard d’Alain Resnais)…

Aussi marquant qu’il fût dans la région, il n’a pas été ni le seul, ni le premier, ni le plus arbitraire, l’horreur de cette guerre a plusieurs visages qui peuvent nous hanter…

Le documentaire de 51 minutes et 45 secondes, signé Pascal Percq, Bruno et Rémi Vouters est disponible (pour les plus courageux d’entre vous, ou les plus concernés par l’ampleur des retombées, même 75 ans après, des exactions commises lors de ce conflit mondial), un certain temps par ici => Les flambeaux d’Ascq.

Devoir de mémoire fait, je retourne à ma lecture édifiante du moment… un pavé, certes très controversé, mais qui permet d’avoir une idée de la façon dont fonctionnaient ces criminels : Les Bienveillantes de Jonathan Littell.

Ne croyez pas que je déprime en ce début novembre au temps de rigueur, j’adore depuis toujours l’automne, même dans la tempête, le feu de bois pour me réchauffer ou me sécher, les fleurs des dahlias et autres chrysanthèmes sont des splendeurs qui me font oublier que la saison du safran est déjà terminée, et les cyclamens commencent à fleurir sur le rebord de ma fenêtre de cuisine 😉

 

Read Full Post »

Nobel de la Paix

Les membres de l’Académie norvégienne ont-ils recadré quelques candidatures en choisissant cette année Abiy Ahmed, le premier ministre éthiopien, en place depuis 2018 et qui aurait réussi à pacifier son pays et à écarter un conflit avec l’Égypte, alors que celle de Raoni Metuktire, l’un des grands chefs du peuple Kayapo qui alertait sur la disparition programmée du poumon vert de la Terre que représente la forêt amazonienne, a été écartée ?

Rendons-lui la parole, avec cette vidéo de l’entretien accordé à France 24, vendredi 30 août 2019… car certes la paix dans la Corne de l’Afrique est bienvenue, mais à quoi servira-t’elle si les changements climatiques induits par la déforestation à outrance rendaient notre Terre en son entier (sauf peut-être quelques fjords norvégiens ?) définitivement inhabitable ? C’est un problème métaphysique qui dépasse mes compétences, la philosophie n’ayant jamais été ma tasse de thé…

Read Full Post »

Une page se tourne

sfeir

(Source : Wikipédia)

Personnage central dans l’histoire du Liban favorable au dialogue interreligieux et homme de paix dont les décisions lors de la guerre civile, pas toujours bien comprises, ont été quelquefois source de division dans la communauté maronite, il aura toutefois des obsèques grandioses.

Gageons que la jeunesse industrieuse d’aujourd’hui n’aura pas la tentation de la désillusion et continuera à œuvrer pour un Liban laïc et apaisé avec la sagesse que n’ont pas eu leurs aînés acteurs d’un conflit fratricide.

mai11

 

Read Full Post »

11 novembre 1918

Point de wagon-restaurant où fut signé l’armistice aujourd’hui, de toute façon, l’original a été détruit pendant la guerre mondiale suivante, mais Ostatni mazur (La dernière mazurka) une chanson polonaise signée Ludwik Ksawery Łubieński éditée par Leon Idzikowski et imprimée par Drukarnia Polska à Kiev en 1916.

Bon dimanche du souvenir à vous !

Ostatni mazur.

„Jeszcze jeden mazur dzisiaj
Choć poranek świta,
Czy pozwoli panna Krzysia?
Dzielny ułan pyta.

I nie długo, błaga prosi,
Boć to w polskiej ziemi,
W pierwszą parę ją unosi,
A sto par za niemi.

On jej czule szepcze w uszko
Ostrogami dzwoni,
W pannie tłucze się serduszko
I liczko się płoni.

Cyt serduszko, nie płoń liczka,
Bo ułan niestały…
O pół mili wre potyczka,
Słychać pierwsze strzały.

Słychać strzały, głos pobudki,
„Dalej na koń, hurra!
„Lube dziewczę, porzuć smutki,
Zatańczym mazura“…

Jeszcze jeden krąg dokoła,
Jeden uścisk bratni,
Trąbka budzi — na koń woła,
Mazur to ostatni!

Et comme il n’y a encore pas si longtemps il y avait toujours de l’accordéon le dimanche matin à la radio nationale française, voici une chanson traditionnelle polonaise collectée par le Smithsonian Folkways Recordings américain (pour faire un rapide tour du monde) 😉

 Et pour ne rien oublier, voici un lien vers un dictionnaire de vocabulaire par Gąsiorowski (1869-1939) concernant les termes militaires paru en 1919.

À signaler aussi, le centenaire de la récupération de l’indépendance en Pologne (certes avec une superficie réduite d’environ 40%) et une cérémonie de jubilé célébrée, le samedi 1er décembre à 15h00, en la cathédrale Notre-Dame de Paris. La messe sera co-présidée par le métropolite de Poznań, l’archevêque Stanisław Gądecki et Son Éminence le cardinal André Vingt-Trois, au cours de laquelle sera inaugurée la chapelle polonaise dotée d’un portrait de Notre-Dame de Częstochowa offert par les Pères pauliniens de Jasna Góra.

ndpndc

Read Full Post »

Un instant empreint de magie 😉

Canto Ostinato de Simeon ten Holt (1923-2012) avec Aart Bergwerff à l’orgue de l’église protestante Grote Kerk de Vianen et le danseur soufi Kadir Sonuk, une rencontre entre le sacré de l’orient (dans un répertoire ici plus classique) et celui de l’occident.

Représentation publique gratuite dans le cadre de The European Organ Festival (2-8 October 2011) à la cathédrale Saint-Martin d’Utrecht.

 

 

 

Read Full Post »

Un jour ordinaire

Il n’y a rien à dire, l’image publiée sur les réseaux sociaux parle d’elle-même…

kai

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,

Seigneur, écoute mon appel ! Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière !

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera ?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l’homme te craigne.

J’espère le Seigneur de toute mon âme ;  je l’espère, et j’attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu’un veilleur ne guette l’aurore. Plus qu’un veilleur ne guette l’aurore,

attends le Seigneur, Israël. Oui, près du Seigneur, est l’amour ; près de lui, abonde le rachat.

C’est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Cette prière a sûrement été dite un nombre incalculable de fois à Auschwitz… seul l’indicible s’est généralement produit, pour quelques rares miracles (un père de famille sauvé par le sacrifice de Rajmund Kolbe) et nul n’a la bonne réponse à toutes les questions que nous nous poserons toujours.

 

Read Full Post »

… par la troupe hongroise Attraction de Budapest.

… cela n’est pas tout récent, mais le message reste toujours d’actualité : l’humanité devra mettre un terme à la guerre, ou la guerre mettra un terme à l’humanité.

Ils avaient gagné le concours Britain’s Got Talent 2013.

Read Full Post »

Quelle que soit la façon de recevoir ce titre, les deux les plus communes ont déjà été évoquées ici et par le passé.

Ce chant (Die Moorsoldaten), connu en français comme le Chant de Déportés fut traduit d’abord en anglais, puis il passé en Espagne avec les Brigades Internationales, il est ensuite retourné en Allemagne avant de se répandre peu à peu dans tous les camps de concentration jusqu’à Auschwitz. Il relate un épisode de la vie des prisonniers politiques (ils s’étaient opposés à l’adoption des premières lois nazies) dans le camp allemand de Börgermoor en 1933.

Il est devenu (le 18 octobre 2002) l’hymne de la journée européenne de la commémoration de tous les génocides (le 27 janvier).

Mais il en est un autre, nettement moins grave, qui célèbre le printemps et le miracle de toute vie, sur fond de bruissement des roseaux caressés par le vent, de grenouilles et chants d’oiseaux… je veux parler du retour de la webcam du butor étoilé 😆

but11La caméra est active depuis le 19 mai, il y a cinq œufs à couver…

but13Le lien vers le nid de madame butor, et le forum dédié aux observations.

Bon dimanche à vous !

 

Read Full Post »

Older Posts »