Bonne ou moins bonne nouvelle ?

Elle est parue dans La Dépêche ce matin :

Dit « l’Olympia » du Lot, aussi thé dansant et galerie d’art du temps des Delbos, le vertueux Casino (il n’a jamais obtenu sa licence pour les jeux d’argent) a vécu… il serait temps de passer à autre chose plutôt que d’avoir une bâtisse aux portes closes, mais… bar à tapas ?

L’évocation des heures de gloire du lieu par le maître de céans sur => France Musique le 5 janvier 2013.

La dernière fois où je l’ai vu, c’était en 2018, en flânant dans la ville après un pique-nique dans un jardin public au bord de la Bave, en attendant l’heure d’ouverture de l’exposition temporaire Dom Robert, un semeur de joie, aux Tours de Saint-Laurent qui dominent Saint-Céré.

Exposition (que j’avais présentée => ici) qui m’avait aussi permis de découvrir (cerise sur le gâteau) les sculptures de Rossane Timotheef, la seconde Madame Lurçat (la première fut Marthe Hennebert), totalement ignorées (les sculptures) par la dernière épouse Simone Selves qui les avait consignées dans une tour fermée au public, de revoir l’atelier-musée et ses changements entre l’ouverture au public de vivant de Mme Simone Lurçat et son devenir après son décès en 2009 (et la donation qui en avait été faite au Conseil général du Lot).

L’avenir nous le dira, bonne semaine à vous ! 😉

Visite guidée

Il fut un temps, très lointain, où j’allais cueillir des jonquilles à ses pieds, puis un autre où je le voyais en ouvrant mes volets, il a été présent dans mon environnement durant toutes mes années de collège (j’avais échangé sa vue contre celle de Saint-Laurent-les-Tours, propriété de Madame Lurçat, pendant la période du lycée)… c’est du château de Castelnau-Bretenoux, deuxième forteresse de France, après Carcassonne (ai-je toujours entendu dans mon enfance), situé sur la commune de Prudhomat, dont il est question et auquel, encore aujourd’hui, je ne manque jamais de jeter un coup d’œil en passant à sa proximité le temps d’une visite dans le nord du Lot.

La situation sanitaire liée à la pandémie de covid-19 a eu pour conséquence positive (c’est rare, et il faut le signaler) pour l’année passée où nous n’avons pu vivre « à l’ancienne » : le Centre des Monuments Nationaux a publié sur Facebook (et oui, personne n’est parfait) une série de vidéos de visites privées de sites exceptionnels, visites accessibles au public depuis le fauteuil préféré de tout un chacun, alors autant en profiter ! 😉

Des photos, d’août 1994, scannées pour l’occasion, il y a eu quelques campagnes de travaux menées depuis sur le site, et, pour information, les 2 plans du diaporama sont extraits d’un document émis par le CMN, déjà cité, à l’intention des enseignants, à voir => ici.

Un autre document à consulter par => ici, et pour les touristes pressés, une présentation plus courte vous ouvrira d’autres horizons 😉

Bonnes visites à vous !

Galeries virtuelles… souterraines

Pas de panique, ce n’est pas parce que je n’ai rien écrit depuis 10 jours qu’il faut s’inquiéter, je médite sur le Déluge de la Bible et me demande si la pluie avait été continuelle pendant les 40 jours ou s’il y avait eu quelques accalmies ? Il est vrai qu’avec ce qu’il nous est tombé sur la tête on aurait parfois pu croire à un « remake » 😉

Après avoir vu un journal télévisé avec les bateaux libérés par la crue du Lot au port de Douelle qui se sont encastrés à Fumel contre les murs du barrage hydroélectrique, on m’a même téléphoné pour savoir si j’avais les pieds dans l’eau… mais, en son temps, j’avais préféré mon confort personnel un peu en hauteur à la splendide vue des couchers de soleil sur la rivière, car je n’avais pas la canne à pêche pour attraper mon déjeuner par la fenêtre du salon ni de lit équipé de rames pour parer à toute éventualité 😉

Quelques photos prises alors que la décrue était déjà amorcée (j’attendais le colis de mes cartouches d’encre et ne voulais pas rater le transporteur dont la situation sanitaire rend difficile la qualité de vie), mais cela n’a pas dû sécher, parce que depuis, de l’eau nous a encore rincés 😉

Couvre-feu à 18h toujours en vigueur et activités culturelles à l’arrêt, voyages compliqués, je vous propose une évasion vers un site visité en 2006, où nous n’avions certes pas eu les tenues pour ramper, mais où nous pouvions encore faire des photos (sans flash) gratuitement 😉

Plongez donc (pour une visite participative dont j’ignore si elle était proposée en 2006, suivie d’une visite touristique) dans les mines de sel de Wieliczka (Pologne), patrimoine mondial de l’humanité, à une quinzaine de kilomètres de Cracovie…

Prenez soin de vous ! ♥

Avant et après…

Que l’on me pardonne, les images sont celles de ceux qui ont vécu à Beyrouth la récente catastrophe, je n’y étais pas… mais je déplore une perte, certes sans commune mesure avec le bilan en vies humaines (les chiffres des morts et blessés ne cessent d’augmenter) pas plus qu’avec le coût des reconstructions urgentes (des infrastructures indispensables à la vie quotidienne), celle des bâtiments anciens qui faisaient tout le charme de cette capitale levantine.

sursock1

(Source de l’image : Images d’Orient)

Cette bâtisse construite entre 1830 et 1850, avec des vitraux de 1912, résidence d’une famille de philanthropes, a vu ses verrières s’envoler (lire le reportage de Georges Boustany), tout comme celles d’autres maisons illustres du quartier.

sursock2

(Source de l’image : L’Orient-Le Jour)

La façade est désormais aveugle, le patrimoine ancien se raréfie et les Beyrouthins menés par des officiers à la retraite ont, en début d’après-midi, manifesté leur colère dans le centre ville, au départ de la place des Martyrs, et tenté de prendre d’assaut (dans la soirée) le Ministère de l’Énergie… armée et forces de sécurité sont toujours déployées.

Ceux, qui après la guerre civile (1975-1990), voulaient reconstruire une capitale ultra-moderne, de verre et de béton, vont pouvoir remonter au créneau puisque de l’ancien qui avait vaillamment résisté à la guerre (mais pas au souffle de la dernière explosion) est tombé, mais avec quels matériaux cette fois ?

 

Pratiques culinaires…

… plus ou moins exotiques, en hommage à Christian Antou, un Grand Monsieur de la cuisine créole réunionnaise disparu il y a déjà 2 ans 1/2, et qui est à l’origine de la plantation dans mon jardin d’un pied de christophine qui me fait de l’ombre tout l’été 😆

Pour celles et ceux qui auraient la curiosité d’en savoir plus, la visite du site sur lequel il apportait ses conseils culinaires s’impose : Goutanou.re, Marie-Thérèse, sa veuve ayant décidé de poursuivre son oeuvre, soutenue par l’association.

Longue vie à la cuisine réunionnaise traditionnelle !

chouchou4

Patrimoine mondial

… de la barbarie à l’état pur.

palmyreLire la suite => par ici, et concernant l’assassinat de Khaled al-Assaad, l’ancien directeur des Antiquités, à l’âge de 82 ans, c’est => par là. 😦

Parlant de ces ignobles événements, un journaliste disait ce matin, que la culture permettait de différencier l’humanité de l’animalité… j’ai failli m’étrangler avec la tartine de mon petit déjeuner.

Depuis quand les animaux tuent par idéal ou toute autre raison sortie de notre esprit dérangé qui ne soit pas alimentaire et détruisent les lieux de repli ou de reproduction d’autres espèces ?

patrimoine

Patrimoine : Le jour le plus long…

film réalisé conjointement par le britannique Ken Annakin, le hongrois (naturalisé américain) Andrew Marton, le suisse Bernhard Wicki et les américains Gerd Oswald et Darryl F. Zanuck, d’après le livre éponyme du journaliste irlando-américain Cornelius Ryan, sorti sur les écrans français en 1962…

… est à l’origine d’une part de la célébrité de la remarquable (par sa construction de style roman débutée au XIème siècle et achevée en style gothique quatre siècles plus tard) église Notre-Dame de l’Assomption (aussi connue sous le nom de N-D de la Paix), classée monument historique dès 1840, à Sainte-Mère Église dans la Manche.

Des photos en sont visibles => par ici et d’autres sur le blog de => lylytop 😆

amont

Nouvelles cloches

… pour le 850 ème anniversaire de Notre-Dame de Paris en 2013.

Les quatre vieilles cloches (Angélique-Françoise, Antoinette-Charlotte, Hyacinthe-Jeanne et Denise-David) de la tour nord ont quitté leur clocher lundi soir et seront fondues à Villedieu-les-Poêles pour être remplacées par 8 nouvelles cloches (lire l’article) en vue d’obtenir ce son plus harmonieux :

Quant au gros bourdon de 12 tonnes, Emmanuel, dans la tour sud, célèbre parce qu’il sonne toujours pour annoncer les fins des guerres, il restera en place mais on lui adjoindra un compagnon plus petit qui lui sera fondu aux Pays-Bas… et tout ce beau monde sera baptisé comme il se doit lors d’une fête qui sera, nul doute, grandiose ! 😆