Pour une nouvelle…

… celle-ci me laisse sans voix !

(Source de la copie d’écran : La Dépêche du Midi)

Franchement, je ne suis même plus sûre de vouloir m’en offrir une douzaine pour moi toute seule (mon entourage ne voulant plus entendre parler d’un quelconque fruit de mer), et, d’un autre côté, avec tout ce que l’on envoie dans les océans, il n’y a aucune raison d’être surpris par une telle information ! 😦

Les déclarations des scientifiques sont => ici.

Cultivez votre jardin ? ! 😉

AZF, 20 ans après

Je n’habitais plus Toulouse depuis 1985, mais comme c’était la ville de mes 20 ans, je n’ai jamais oublié mes années d’apprentissages divers en ses murs ! 😉

Souvenir de mes escapades de fin de semaine en Ariège où j’avais un point de chute réconfortant au pied du Quié, le retour à la ville se faisait en bus, nuit tombée, et traversait, par la route d’Espagne, cette zone industrielle dont je ne savais presque rien sur ce que l’on y faisait, hormis les confidences de mon voisin de jardin, retraité à la santé chancelante de l’Onia-APC (pour Azote et Produits Chimiques), devenu par la suite AZF (Azote et Fertilisants), mais dont la tour en tôles ondulées et les fumées denses et diversement colorées de ses cheminées, bien éclairées (3×8 obligent) ne m’inspiraient aucune confiance. Combien de fois me suis-je dit, sur mon siège, derrière la vitre : le jour où cela va péter, ça va faire mal ?

Et voilà que 10 jours après le 11 septembre fatidique des Twin Towers au World Trade Center en Amérique, une violente explosion fait des victimes et d’énormes dégâts à Toulouse, confusion totale sur place et communications coupées, personne (décideurs ou population) n’avait pensé (mis à part quelques « illuminés » de mon espèce) que cela pourrait se produire un jour…

Quelques témoignages de ceux qui y étaient, ici => sur France Bleu Occitanie.

Beyrouth meurtrie…

Cette capitale n’avait vraiment pas besoin d’une telle catastrophe…

beyrouth

La suite de l’article de L’Orient-Le Jour => Explosions à Beyrouth

Sans être en vadrouille et en congés, j’avoue ne pas souvent écouter la radio (quelquefois des journées entières) et me contenter, une fois par jour, des gros titres de La Dépêche (je n’y suis pas encore passée aujourd’hui), et donc, je viens d’apprendre par le biais de MSN relayant une information du Parisien, la catastrophe du même type, mais en plus meurtrière, que celle du site industriel AZF de Toulouse en 2001 (classé Seveso).

Accident dû à beaucoup de négligences dans un contexte de grogne sociale sur fond d’une crise économique bien trop longue (et accessoirement politique) imposant à la population beaucoup de sacrifices, ou toute autre chose (on n’est pas au Proche-Orient pour rien), déjà certains annoncent ne pas faire confiance à une enquête locale, pour plus d’informations le site de L’Orient-Le Jour est momentanément en accès libre.

Mon cœur est immensément triste pour les Libanais et tous ceux qui travaillaient à leurs côtés pour essayer de retrouver les jours heureux de la trop courte époque où le pays était connu comme la Suisse du Proche-Orient.

nov11

Nobel de la Paix

Les membres de l’Académie norvégienne ont-ils recadré quelques candidatures en choisissant cette année Abiy Ahmed, le premier ministre éthiopien, en place depuis 2018 et qui aurait réussi à pacifier son pays et à écarter un conflit avec l’Égypte, alors que celle de Raoni Metuktire, l’un des grands chefs du peuple Kayapo qui alertait sur la disparition programmée du poumon vert de la Terre que représente la forêt amazonienne, a été écartée ?

Rendons-lui la parole, avec cette vidéo de l’entretien accordé à France 24, vendredi 30 août 2019… car certes la paix dans la Corne de l’Afrique est bienvenue, mais à quoi servira-t’elle si les changements climatiques induits par la déforestation à outrance rendaient notre Terre en son entier (sauf peut-être quelques fjords norvégiens ?) définitivement inhabitable ? C’est un problème métaphysique qui dépasse mes compétences, la philosophie n’ayant jamais été ma tasse de thé…

De l’eau…

La turbidité de l’eau après de fortes pluies est un phénomène récurrent sur Cahors où, depuis des années, la municipalité est contrainte de distribuer périodiquement de l’eau en bouteilles pour pallier à l’impossibilité d’utilisation de celle de la très ancienne fontaine des Chartreux.

eaucontaminée

(Source de l’image : La Dépêche)

Gramat s’inquiète aussi, et à juste titre, mais pas pour les mêmes raisons : voir le commentaire de La Ségaline au billet C’était prévisible…

Ils étaient présents sur le rond-point nord, dans le froid, le lendemain de Noël, sans ce panneau, merci à eux d’être en permanence motivés !

C’était prévisible…

Peut-être vous ai-je déjà parlé du projet d’implantation d’une usine de méthanisation dans la périphérie de la ville de Gramat ? Et bien c’est chose faite, l’usine fonctionne, et pour être passée plusieurs fois sur la route, et sous le vent, je sais ce que doivent endurer les habitants du secteur…

previsible

L’article de => La Dépêche n’aborde certes pas les éventuelles menaces sur l’IGP du fromage Rocamadour dont le cahier des charges n’est plus respecté en totalité (provenance géographique « hors zone » des déchets traités), mais signale des effets délétères du digestat épandu dans les champs sur les abeilles des alentours et les vers de terre (noyés ou empoisonnés ?), la présence de métaux lourds et celle massive d’antibiotiques… de quoi vous dégoûter à jamais du canard gras dont j’attends une livraison !

Le plus grave, c’est que 3 usines du même type sont annoncées plus au nord-est du département, dans le Ségala cher à mon cœur, et là ce sont les vins des Coteaux de Glanes qui seront menacés !

COP24

Oubliée la « fessée » (qui sera au programme de l’Assemblée cet après-midi) évoquée précédemment, on ne parle plus que de => la COP24 qui aura lieu entre les 3 et 14 décembre 2018 à Katowice (chef-lieu de la voïvodie de Silésie, une région riche en gisements de charbon et de fer ce qui veut dire industrie lourde et métallurgie) en Pologne.

Voici le dessin du jour, signé Arend van Dam, dans le Courrier international :

cop24

Nous saurons peut-être enfin situer la Pologne sur un globe terrestre, la Silésie (au sud du pays) pour le commun des mortels c’est moins sûr… quant aux drames humains consécutifs aux fermetures régulières des mines ils seront complètement occultés.

Un tour de ville rapide vous est proposé par le magazine Géo (vidéo de 2’05), espérons, pour les visiteurs du Sud, qu’il y fera beau en décembre 😉