Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Pologne’

Une chanson folklorique que je connaissais sous le titre (voir ici =>) Gęsi za wodą, dans une version de 1935 par Tadeusz Faliszewski, qui est devenue ensuite une chanson patriotique en changeant de titre (Czerwone jabłuszko) et donc figure sur la liste des chansons interdites sous l’occupation allemande, devenues en 1946 le sujet du film Zakazane piosenki

… poursuit son petit bonhomme de chemin en devenant une chanson pour les enfants, enseignée par une prestigieuse école religieuse, magistralement interprétée par les plus grands du Chór „Bez Batuty” issu de cette institution, mais sur un rythme beaucoup plus lent, suffisamment majestueux pour émouvoir 😉

La version de 1946, modernisée par => Jan Ciżyński, (reparue sur un vinyle en 1977) craque un peu mais mérite d’être écoutée.

Si j’adore les couronnes de fleurs dans les cheveux, symbole d’une époque révolue, ou d’une tradition bucolique que l’on ne veut pas oublier… j’aime tout autant les oies du bord de l’eau, que mes aïeules (j’ai encore la pierzyna de l’une d’elles) ont dû garder, selon une vision de Teodor Axentowicz 😉oies00

Gęsiarka (Gęsi z pasterką) 1883. Olej na płótnie. 41 x 53 cm. Własność prywatna.

Quelques chansons interdites interprétées ce 1er août par les habitants de Varsovie, lors des cérémonies pour commémorer le 76e anniversaire du soulèvement de la ville (passablement après la minute de silence -pas pour les sirènes- de la Godzina W traditionnelle dans toute la Pologne)

Le rendez-vous était à 20h30, cette année dans le Parc de la Liberté du Musée du Soulèvement de Varsovie (nombre de places limitées et inscription obligatoire) et non sur la place Piłsudski comme les années précédentes.

Read Full Post »

Elle date de 1965, signée par Krzysztof Eugeniusz Penderecki (†), elle faisait partie intégrante d’un film aujourd’hui oublié de Wojciech Has : Rękopis znaleziony w Saragossie (Le Manuscrit trouvé à Saragosse)

… sur un scénario de Tadeusz Kwiatkowski d’après le très picaresque roman à tiroirs éponyme de Jan Potocki, construit sur le modèle du Décaméron de Boccace, que j’ai lu il y a bien longtemps, film que j’ai adoré voir enfin en 2005 et dont j’ai attendu ensuite la version colorisée 😉

Read Full Post »

… ou quand le talent de Witek Muzyk Ulicy (qui a choisi de vivre un an dans la rue à Varsovie) se joue du système grâce au financement participatif.

Witold Jan Mikołajczuk, musicien autodidacte (accordéon, guitare, piano), auteur, compositeur et interprète a réussi à sortir 2 albums (« Gram dla Was » en 2017 et « Folko Rocko Punko Polo » en 2018), le titre Proszę Polsko Nie Umieraj fait partie du troisième « Gram dla Siebie » retardé à cause du confinement-coronavirus, d’où ce petit coup de pouce 😉

Autre extrait (sorti le 1er juillet) de ce troisième album => Suszarka

Read Full Post »

KP2020

L’image est empruntée à la plateforme Magiczny Kraków (où je voulais aller voir la météo locale) qui a ouvert en ligne un registre de condoléances.

L’un des plus grands compositeurs contemporains et chef d’orchestre polonais Krzysztof Eugeniusz Penderecki s’en est allé, ce jour à Cracovie, rejoindre une autre pointure de cette musique polonaise, le pionnier Karol Szymanowski décédé à Lausanne le 29 mars 1937.

Une veine musicale que j’avais pris plaisir à parcourir pour des besoins particuliers dans une vie antérieure… Nous partageons la peine de sa famille.

 

 

Read Full Post »

Celle du Jeudi-gras évoqué dernièrement me laisse sur ma faim avec cette vidéo d’une famille idéale filmée par une babcia (grand-mère) lors du match qui en oppose amicalement tous les membres ce jour-là : celui qui en mangera le plus ?

Certes la jolie vaisselle en céramique de Bolesławiec est typique, les beignets sont réussis et variés pour répondre à tous les goûts, mais… il me semble y voir un trou, signe que la confiture à été injectée à la seringue après cuisson, et cela est tout simplement inacceptable, il y a manquement à la tradition !

 

Read Full Post »

… à moins d’être une âme sensible et de détester l’histoire contemporaine, l’excellent travail de Cédric Tourbe, qui n’est pas consacré, comme son titre le laisserait à penser,  au seul massacre de Katyń (village de l’oblast -distant d’une vingtaine de kilomètres- de Smolensk en Russie) en avril 1940, mais dévoile, pour qui les ignorerait, l’existence des autres lieux d’extermination massive et expéditive d’officiers polonais par le NKDV.

Le documentaire, en français, ce qui est extrêmement rare pour tout ce qui est en rapport avec cette tragédie, est disponible sur Arte, en replay, jusqu’au 24 avril 2020. En voici le lien :

=> Les bourreaux de Staline – Katyń, 1940

La prochaine diffusion en direct sera réservée aux courageux et autres insomniaques, le mardi 10 mars à 01h30.

Plus que le massacre en lui-même, sobrement illustré par seulement quelques images du film polonais Katyń, d’Andrzej Wajda, (qui lui, donne aussi un aperçu sur les répercutions du massacre sur les vies des familles des victimes dans leur quotidien bien après la fin de la guerre), le travail de Cédric Tourbe (réalisateur) et Olivia Gomolinski (historienne, spécialiste d’histoire soviétique) remonte aux origines proches (un Polonais vous dira que ce n’est pas assez loin…) avec la création en décembre 1917, juste après la révolution d’Octobre, de la Tchéka, police politique connue pour son combat sans merci contre tous les ennemis supposés du nouveau régime bolchevik, qui s’appellera GPU (Guépéou) entre 1922 et 34, puis sera absorbée par le NKVD qui deviendra le NKGB, puis, en 1954, le KGB, après la mort de Staline et la liquidation de Lavrenti Beria en décembre 1953.

Le secret (aussi couvert par Winston Churchill et Franklin Delano Roosevelt) sur ces massacres sera ensuite bien gardé par Nikita Khrouchtchev, puis Leonid Brejnev qui ordonnera, pour brouiller les pistes, la commémoration annuelle du massacre de Khatyn, un petit village biélorusse dont les habitants ont été brûlés vifs en mars 1943 par les Nazis, le président Nixon en visitera officiellement le monument en 1974.

Seront aussi évoqués le général Wojciech Jaruzelski, les scellés replacés par Mikhaïl Gorbatchev, les grèves de 1988 parties de Gdańsk, en Pologne, suivies de la nomination de Tadeusz Mazowiecki au poste de chef du gouvernement (premier non communiste dans toute l’Europe de l’Est à y accéder) ainsi que l’ultimatum de Jaruzelski qui menaçait d’annuler sa visite officielle à Moscou si le Kremlin ne reconnaissait pas sa responsabilité dans le massacre d’avril 1940. Gorbatchev finira par céder au chantage, aidé, malgré lui, par un article d’universitaires soviétiques désignant le NKVD et Moscou finira par avouer, le 13 avril 1990, dans un bref communiqué rejetant, bien sûr, le crime sur Beria.

C’est finalement Boris Eltsine, après la chute de l’Union soviétique, qui rendra publics et les ordres secrets et la responsabilité soviétique.

Remembrance, le monument pour Katyń, inauguré en 1976, en Angleterre, à partir de la minute 2.21

 

Read Full Post »

Duo (de choc ?)

Certes ils ne remplaceront pas dans nos mémoires le mythique duo Simon & Garfunkel, mais je trouve qu’ils y mettent beaucoup de cœur 😉

Cette reprise, lors du Festival international Kropka le 21 juillet 2017 à Głuchołazy (en Silésie), de la chanson de 1964, The Sound Of Silence signée Paul Simon devient  Brzmienie Ciszy dans la traduction en polonais par Sylwek Szweda qui date de septembre 2016, les paroles sont sous la vidéo 😉

Ce titre en anglais (dans sa version Disturbed, groupe de nu métal de Chicago) a été diffusé (c’était sa chanson préférée) lors de la soirée d’hommage spontané, le 14 janvier 2019, au charismatique maire (et homme politique) de Gdańsk  (le berceau historique du syndicat Solidarność) , Paweł Adamowicz, assassiné par un déséquilibré la veille.

Pamięci Pawła Adamowicza => The Sound Of Silence / Gdańsk 14.01.2019

Cette année, pour l’anniversaire, l’interprétation en était une version chorale, mais toujours en anglais…

The => Sound of silence – finał WOŚP 2020 Gdańsk

Géographiquement, la Silésie c’est au sud et la ville de Gdańsk est au nord… mais les paroles en polonais pour 2021 ce serait une très bonne idée, non ?

organza

Read Full Post »

Plus que quelques jours…

… pour aller voir, si vous êtes de passage ou résident dans les Hauts-de-France, l’exposition consacrée à la peinture polonaise (entre 1840 et 1918) au Musée du Louve-Lens.

Pour en savoir plus, une présentation-conférence par Luc Piralla, directeur adjoint du musée, est en ligne :

Merci pour cet éclairage sur l’Histoire polonaise et ses petites histoires… et voici, pour les moins concernés la version courte 😉

Bonnes visites !

louvrelens

Quelques temps encore, puisque jusqu’au 30 mars, par contre pour l’exposition gratuite des photographies de Kasimir Zgorecki (1904-1980) consacrée à la « Petite Pologne » 1924-1939, la diaspora polonaise du bassin minier du Pas-de-Calais, à découvrir au Pavillon de verre du Louvre-Lens. Plus de détails dans la vidéo de présentation de FranceTVInfo.

Kasimir

Read Full Post »

#jesc2019

Inutile de vous dire que vous avez raté la compétition dont le thème était Share the Joy, présentée par Ida Nowakowska et Aleksander Sikora accompagnés par la gagnante 2018 de l’Eurovision Junior Roksana Węgiel.

C’était hier à Gliwice (prononcer glivitsé) en Silésie (au sud de la Pologne), Carla la représentante française y a terminé 5ème sur 19 concurrents avec Bim Bam Toi, après avoir occupé la première place pendant 2 minutes, le temps d’ajouter 2 votes en ligne au classement du jury de chaque pays 😉

Le prochain concours sera donc encore organisé par la Pologne, puisque c’est Superhero de Viki Gabor qui devance Yerzhan Maxim du Kazakhstan avec Armanyńnan Qalma qui disputait aussi le haut du classement à l’Espagne représentée par Melani Garcia qui chantait Marte.

Je vous dispense de la découverte de la cuisine polonaise par quelques unes des demoiselles présentes 😉

 

 

Read Full Post »

Chanter en famille

Il y a eu quelques précédents… je vous convie à une soirée espagnole (un peu fantaisiste) avec la famille Kaczmarek qui se produisait au centre culturel Służewski de Varsovie, le 22 avril 2017, au bénéfice de la clinique de cardiologie Asklepios.

Iwona, soprano lyrique et Piotr, ténor dramatique, les parents, Adam, ténor et Wojtek, baryton, les enfants étaient accompagnés par l’orchestre de chambre Alla Vienna sous la direction du professeur Adam Manijak. Longue vie à cette famille talentueuse !

Read Full Post »

Older Posts »