Climat social perturbé

Comme la météo ces derniers jours, il est passablement agité et le coronavirus ne peut rien faire contre l’explosion de toutes les frustrations lourdement sanctionnées par des violences policières (je ne voudrais pas être à leur place, humains pour la plupart dotés d’un idéal mais coincés entre une hiérarchie exigeante et une société fracturée par des inégalités plus que criantes et dont la grande part lésée demande légitimement plus de justice)…

Outre-Atlantique c’est la mort de George Floyd à Minneapolis le 25 mai dernier qui a mis le feu aux poudres, en réaction, ici c’est aussi celle d’Adama Traoré, le 19 juillet 2016, qui est revenue sur le devant de la scène lors de manifestations de soutien, mardi à Paris et mercredi à Toulouse… et ce ne sont que 2 cas parmi d’autres restés plus anonymes.

C’est très loin d’être fini, puisqu’une avocate locale assez connue, Stacy Shaw a été arrêtée lors d’une manifestation pacifique, mardi à Kansas City, et qu’elle ne compte pas en rester là, forte de sa notoriété (elle anime aussi une émission télévisée consacrée aux droits des citoyens) et du soutien de sa sœur, procureure au tribunal de Houston.

Voici la colère publique d’une avocate, postée sur son compte FB, une fois la caution payée par son warrant  => c’est une très, très, grosse colère !!!

hort2020

Obscurantisme

obscurantisme

Lire => la suite.

Mon sang n’a fait qu’un tour tant il y a de marge entre ouvrir l’esprit des élèves au monde qui les entoure et une quelconque islamisation forcée, les Espagnols ont bien survécu à cette période de leur histoire où musulmans, juifs et chrétiens échangeait leurs savoirs respectifs (pour ne pas être trop restrictive et encore moins réductrice) qui a été pour eux un âge d’or, non ? Depuis ils ont connu pire…

Et donc, j’ai fait des recherches, la chanson incriminée la voici, en version classique, chantée par Kamal Al-Nawawi de l’Ensemble Abdel Karim :

لما بدا يتثنى
Lamma bada yatathanna (bis)
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
Quand elle apparut avec sa démarche si fière
Hélas, hélas, hélas, hélas
Caminaba con paso oscilante
When she appeared with her walk so proudly
حبي جمالو فتنى
Hubbi jamalu fatanna
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
Mon amour m’a séduit par sa beauté
Su belleza me sorprendió
The beauty of my love has seduced me
أوما بلحظـه أسـرنا
Awmâ bi LaHzihi asarna (bis)
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
Ah comme son regard m’a asservi !
Sus ojos me han hecho prisionero
How with her gaze she enslaved me!
غصن ثنى حين مال
Ghusnun sabâ Hina mal
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
C’est un rameau qui captive quand elle se penche
Su talle se dobló mientras se inclinaba
When she bends she’s a branch that captivates
وعدي ويا حيرتــي
Waadi wa ya Hirati (bis)
Ah dans quel trouble elle m’a mis !
¡Oh, promesa mía! ¡oh, confusión mía!
Oh in what troubles she puts me!
مالي رحيم شـكوتي
Mâ li rahîma shakwati
Je n’ai pour compatir à ma plainte
¿Quién puede responder a mi lamento
I got no mercy for my wail
في الحب من لوعتـي
Fil hubbi min law’ati
à cause de la douleur provoquée par cet amour
de amor y angustia
in love cause of this pain
إلا مليك الجمــال
Illa maliku l-jamal
Aman’ Aman’ Aman’ Aman
que la reine de la Beauté !
sino la más llena de gracia, la reina de la belleza?
only the Queen of Beauty!
Fil hubbi min law’ati
Illa maliku l-jamal
(reprise du premier couplet)

… et en très moderne par le Christiane Karam Quartet :

Une chanson que j’ai reconnue immédiatement, même si je ne sais plus qui d’autre que Fairuz (version dansée du film de 1968 Bint el Hares) l’interprétait à l’époque où ce genre de musique faisait partie du quotidien de mon oreille à géométrie variable…

Une dernière en version grand ensemble et chœur enregistrée en 2016

Il en existe bien d’autres…

« Soyez toujours capables de ressentir, au plus profond de vous-mêmes, n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui en n’importe quelle partie du monde. C’est la plus belle vertu d’un révolutionnaire… »

Monde cruel

… en référence au titre de l’album Welcome to the Cruel World, dont est extraite cette chanson…

… on peut préférer la version live, rien que pour sa façon originale de jouer de la guitare 😆 et d’en obtenir d’autres sonorités.

… peu importe, ce qu’il faut savoir c’est que Rodney King, passé à tabac le 3 mars 1991 pour un excès de vitesse alors qu’il était ivre, par des policiers blancs qui avaient été acquittés à leur procès le 29 avril 1992… ce qui fut la cause des 6 jours d’émeutes provoquant à Los Angeles entre 50 et 60 morts et plus de 4.000 arrestations, et à qui Ben Harper rend hommage conjointement à Martin Luther King dans cette chanson… vient d’être retrouvé mort au fond de sa piscine…