Astra (bis)

Il me semble bien avoir émis quelques réserves sur l’absence de recul concernant la dite « vaccination » contre le Covid-19, aussi, alors que l’état d’Israël se voulait le champion en exemplarité d’un comportement citoyen, et incitait sa population à servir de cobaye au profit de Pfizer, que les soupçons d’effets secondaires (qui seraient plus nombreux que pour l’AZ) se confirment selon des chiffres qui commencent à tomber et l’article consacré au sujet par le blog Aphadolie.com (qui donne aussi les liens vers ses sources, un grand merci à lui !), j’ignore pourquoi, mais le fait est que je n’en suis vraiment pas très surprise.

Et le fait de savoir que notre gouvernement a refusé d’apporter son aide au seul laboratoire français qui voulait faire un vrai vaccin, me laisse toutefois comme une truie qui doute… même si la situation qui, en temps de paix, fait (ou veut) que les populations soient les otages d’un plan à grande échelle dont je ne comprends pas encore ni les tenants ni les aboutissants, comme autrefois les troupes à pied étaient de la chair à canon, cela ne me fait pas franchement rire !

Sans les patins, SVP !

Alors que le retour à un accès à la culture me semble bien compromis, surtout après les dernières manifestations passablement désordonnées (celle de St-Céré entre autres, avec peu de gestes barrière et des masques sous le nez) et la récente bavure de Mme Bachelot qui fut, avant d’être en charge de la Culture, ministre de la Santé et des Sports entre 2007 et 2010, bévue d’autant plus incompréhensible qu’elle est titulaire d’un diplôme de pharmacien (elle a beaucoup de chance que Michel Sardou le prenne avec philosophie), on me signale un site officiel polonais NINATEKA qui organise cette semaine son deuxième festival du film français avec 9 titres (accès gratuit et films sous-titrés en polonais) mais s’ils ne sont pas visibles en France, on peut toujours y découvrir quelques pépites dans les films d’animation dont la compréhension reste possible si l’on ne parle pas la langue…

Exemple, les 3 aventures du => chaton Philémon, pour les enfants certes, mais pas que, puisque les décors reconstituent fidèlement l’habitat traditionnel pratiquement disparu.

Par contre, ils n’ont pas à leur catalogue le film d’action qui vous permet de visiter, et sans les patins obligatoires, le château à la Dame blanche (qui descend la nuit de son portrait pour hanter la bâtisse) de Kórnik, j’ai nommé „Gdzie jest trzeci król?” (Où est le troisième roi ?) dont j’ai déjà sûrement mis le lien YouTube il y a quelques temps années 😉

Pour qui serait tenté par la visite (j’y suis allée en 2006 -patins obligatoires sur les parquets- et j’avais été fascinée par une Bible retranscrite en 12 langues dont le français sur 2 pages à chaque fois, mais photographie interdite), ne vous en privez surtout pas, l’intrigue est facile à suivre !

Le Syndicat, une bande de criminels internationaux menée par Gruber essaye de voler une toile de valeur (le portrait d’un souverain médiéval) à l’intérieur du mystérieux musée de Bory (château de Kórnik), le commissaire Didot d’Interpol et la milice polonaise les pourchassent. Afin d’éviter le vol, deux agents du siège principal de la police, le capitaine Stefan Berent et le lieutenant Katarzyna Rogalska, sont envoyés au musée incognito, leur tâche est de remplacer l’original par une copie. Mais un échange a été déjà fait et ils se retrouvent face au cadavre du conservateur du musée, Janas, tué par un carreau d’arbalète…

Ont joué dans => le film :

Andrzej Łapicki : Capitaine Stefan Berent, Alicja Wyszyńska : lieutenant Katarzyna Rogalska, Adam Pawlikowski : Commissaire Didot d’Interpol
Tadeusz Kondrat : Władysław Janas, conservateur du musée, Ryszard Pietruski : Karol Wilczkiewicz, adjoint de Janas, Maria Wachowiak : Wanda Szczęśniak, secrétaire de Janas
Wieńczysław Gliński : professeur Gawroński, historien, Franciszek Pieczka : Marczak, conservateur de peintures
Kalina Jędrusik : Małgorzata Sadecka, restauratrice de peintures, Wojciech Pokora : Zientara, restaurateur de peintures, Zbigniew Józefowicz : capitaine Półtorak, associé de Berent, Leon Pietraszkiewicz : Colonel Wala, chef de Berent, Zbigniew Płoszaj : policier

La première mondiale a eu lieu à Kórnik le 19 janvier 1967, soit un jour avant les cinémas de Varsovie suite à une intervention du ministère de la Culture à la demande de la directrice (de l’époque) du cinéma de la ville, Wanda Mikołajczak.

Soyez prudents ! ♥

Astra…

… ou quand la mayonnaise de la campagne de vaccination ne prend pas !

Lire le pourquoi du comment dans => l’article du journal.

Ceci-dit, n’en déplaise à tout ce que l’on entend, à droite ou à gauche, si l’on essaie de vouloir s’informer un minimum, la situation reste on ne peut plus confuse, les plus chanceux (ou pistonnés, il ne faut pas rêver) se font vacciner avec du Pfizer (le beurre des nantis ?), laissant l’Astra (la margarine chère à Napoléon III, voir la petite histoire => ici) aux moins bien lotis !

Mais pour une Lotoise lambda, après une visite sur le site de la mairie de ma commune, les choses sont très simples au niveau départemental : je n’ai pas plus de 75 ans et je ne suis pas personnel soignant de plus de 50 ans, et donc ce sera très loin des voeux pieux dont on nous rabâche les oreilles : Circulez, il n’y a rien à voir (et n’oubliez pas votre autorisation de sortie pour aller faire pisser le chien après 18h !), et on ne parle que de la vaccination anti-Covid, pas du désert médical que sont nos campagnes au quotidien !

Mise à jour du 23 mars :

Pirouette, cacahuète… nous sommes => bons pour l’Astra si nous avons plus de 55 ans, mais curieusement un étudiant de 28 ans, fin de cursus de médecine, a été retrouvé mort chez lui, c’est absolument sans rapport mais il avait mangé de la margarine et les plus à risque seraient les femmes et les moins de 50 ans, méfiance donc si vous êtes une femme de plus de 55 ans 😉

Les précisions du 3 avril :

Reconnaître => les 7 symptômes en cas de problème.

Mise à jour du 6 avril :

Le lien entre le vaccin et les thromboses est reconnu par l’AEM (Agence Européenne du Médicament)… on va bien voir si les ARS (Agences Régionales de Santé) et notre gouvernement feront machine arrière 😦

Journée internationale du sommeil

Comment ai-je pu vivre jusqu’à aujourd’hui sans la connaître ? Merci à Msm/Lifestyle pour m’avoir rappelé => quatre vérités 😉

Alors j’ajoute mon grain de sel (mais garde mes conseils inutiles) avec cette vidéo…

Mais… pas de chance pour elle cette année, puisque ce 13 mars tombe un vendredi, tous les superstitieux ont donc d’autres priorités et le lendemain des déclarations de notre président sur la conduite à tenir face à l’épidémie de coronavirus Covid 19 dont les propos nous appellent à l’union sacrée, à la fermeture des écoles à partir de lundi prochain et au maintien des élections municipales dans ces mêmes écoles…

tulipes

Consultation consommation

conso

Une information donnée par La Dépêche, que je relaye bien volontiers même si je ne suis pas du tout sûre que le consommateur qui n’a pas d’autre choix que le supermarché local en tire un quelconque bénéfice… souvenir d’une prise de bec quand ils ont supprimé le référencement de leur seule boîte d’un mélange de flocons de céréales sans sucre dont j’avais épuisé leur stock, je leur ai dit que je voulais décider moi-même si je prenais ou non du sucre au petit déjeuner et j’ai eu l’impression d’être d’une autre planète !

Même si la direction du magasin peut être sensibilisée à la malbouffe, le commun des mortels semble avoir des neurones déjà bien atteints au point de ne pas pouvoir réagir et revenir à une alimentation non industrielle…

Mais je vais occuper une petite partie de ma journée hivernale à cet exercice, merci à Laetitia de nous informer enfin sur cette consultation citoyenne qui a débuté le 12 octobre et se terminera le 15 novembre !

Légumes cultivés dans le Lot, vin du château de Haute-Serre, safran des Safraniers du Quercy, lait, fromages et yaourts Cant’Avey’Lot… La table dressée par les producteurs et éleveurs lotois et les vignerons était bien garnie, jeudi, lors de la présentation de la consultation citoyenne lancée par la région Occitanie sur l’alimentation.

Vincent Labarthe, Marie Piqué, vice-présidents, et Geneviève Lasfargues, conseillère régionale, accueillaient à leurs côtés les ambassadeurs de cette terre de culture pour évoquer la grande mobilisation qui, du 15 octobre au 15 novembre, permet à tout citoyen de voter et d’exprimer ses priorités pour une alimentation durable.

«Nous avons fait de ce thème la grande cause régionale 2018, mentionnait Vincent Labarthe. L’alimentation est le sujet de tous, elle est liée à l’agriculture. Notre région compte 164 000 emplois dépendants de l’agriculture, 82 000 exploitations, mais également 1 990 entreprises de l’agroalimentaire. L’Occitanie est la première région bio de France et la première sous signe de qualité avec 262 productions identifiées», mentionnait-il.

Cette consultation vise à accompagner l’assemblée régionale dans ses actions, comme les élus l’ont précisé : «La finalité est de définir une politique la plus proche des attentes de nos populations, par de nouvelles mesures à prendre, par des dispositifs à revoir ou à ajuster.» En parallèle, c’est bien sûr toute la filière économique agricole qui est concernée. Marie Piqué faisait remarquer en effet : «L’enjeu fondamental est de casser cette image que manger local est plus cher que ce qui vient d’ailleurs. Il faut permettre aux gens de s’emparer de cette qualité alimentaire d’Occitanie, car c’est un enjeu de santé publique mais c’est aussi permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail.»

Autour de la table, les principaux intéressés justement étaient là. Tandis que Bertrand Vigouroux insistait sur l’importance de la qualité de nos produits, Jean-Philippe Vayre rappelait les difficultés qu’avait connues Cant’Avey’Lot pour commercialiser sa marque et garantir le transport, évoquant une réflexion à conduire sur des mutualisations de logistique et autres.

L’entretien des paysages était un autre point mis en avant par Henri Bonnaud de L’Oustal, magasin de 85 producteurs. Il évoquait aussi l‘idée d’une marque régionale pour différencier les produits du territoire des autres, ou encore la tromperie faite aux consommateurs sur la qualité des produits commercialisés par de grandes enseignes mais importés de l’étranger, où le cahier des charges agricoles est bien moins contraignant.

Bio46 qui compte 400 producteurs et les Jeunes Agriculteurs du Lot sont intervenus aussi pour parler du soutien aux filières et de la déprise agricole.

Tous suivront les mesures intégrées dans ce «Pacte régional pour une alimentation durable en Occitanie», adopté lors de l’assemblée plénière régionale, en décembre prochain.

Pour voter

Des bulletins de vote sont à disposition à la Maison de la région, à Cahors, dans de très nombreuses mairies et collectivités du Lot et sur internet :

laregion.fr/alimentation

La région Occitanie et ses élus seront également mobilisés samedi 3 novembre sur le marché de Cahors et le 10 novembre sur celui de Figeac.

Dans ce questionnaire, quatre thèmes ont été retenus : l’environnement et la santé, la consommation de produits d’Occitanie, l’éducation à l’alimentation et enfin l’innovation et le juste prix.

Renouvellement de la médecine ?

Retour aux fondamentaux, à savoir la prévention ?… je n’y crois toujours pas vraiment tellement l’industrie pharmaceutique a de poids dans la vie économique, mais cela restera pour moi un vœu pieux et quasi secret 😉

Alors que nous sommes sans cesse sollicités par des propositions de newsletters gratuites pour préserver (moyennant quand même finances, poudres de perlimpinpin et régimes encore plus saugrenus) notre capital santé, émanant d’officines douteuses qui appliquent pour la plupart la même façon de ratisser large (mais il n’y en aura pas pour tout le monde… alors commandez tout de suite), à croire que ce ne sont que les tentacules d’une même hydre qui se régénère rapidement dès qu’on lui coupe une tête, j’ose vous proposer cette vidéo concernant notre deuxième cerveau et dont les dysfonctionnements induits par notre mode de vie actuel seraient responsables de pathologies diverses et surprenantes :

Monsieur Dimitri Jacques exerce en cabinet et a écrit un livre sur le sujet, qui arrive certes après Darm mit Charme – en français Le charme discret de l’intestin  (Tout sur un organe mal aimé) – paru en mars 2014, de Fraülein Giulia Enders, et qu’il serait bon de comparer à la version augmentée (parue en novembre 2017 chez Actes Sud) du précurseur.

En pratique, je suis plus sensible aux conseils de bon sens, par exemple sur nos erreurs alimentaires, qu’aux promesses fumeuses du dernier régime à la mode ou aux miracles de la chimie lourde 😉

intestin

 

 

Gourmandise : le sucre

En dépit de la météo capricieuse de ce début de printemps, j’ai, parmi les bonnes résolutions (oui je sais, les résolutions c’est habituellement en janvier, mais pas chez moi parce que j’hiberne et donc ne pense à rien d’autre qu’à mon confort), envie de bannir un peu plus que je ne le fais déjà le sucre de ma cuisine, et j’essaie de faire le tour de la question…

Bec sucré, oui, sûrement et depuis l’enfance, mais aussi bec salé selon les périodes, avec une nette tendance à marcher hors des clous… comment, alors que je ne bois plus de soda depuis des années, fais mon jus de fruits avec fibres et sans sucre ajouté, ne sucre pas le café depuis environ quarante ans, consomme depuis près de 20 ans des céréales brutes, n’achète pas de plats préparés, limite le pain blanc (mais pas assez le pain brioché maison), améliorer encore l’élimination de cette drogue et le goût du sucré dans ma vie ?

Peut-être en acceptant l’idée que l’on ne s’en débarrasse jamais totalement, d’ailleurs qui a dit que notre organisme ne pouvait pas fonctionner sans ?

Consommation

Pesticides0

Pour en savoir plus consultez ou téléchargez (adresse email requise) => le rapport de Générations Futures, je ne sais pas pourquoi, je crois que l’on ne nous dit pas tout puisque seuls 19 fruits et 33 légumes ont été analysés et que l’on ne connaît pas encore suffisamment tous les méfaits de ces produits (parmi d’autres nocifs) sur notre santé.

Le raisin et le céleri branche sont en tête, devant les pommes (8èmes) aux 36 traitements phytosanitaires et les pommes de terre (7èmes) aux 19 traitements.

Les => bons gestes pour en ingérer le moins possible si vous ne pouvez pas vous offrir mieux que le supermarché.

Alerte listeria

Après le récent scandale des laits pour bébés contaminés aux salmonelles, voici que l’on rappelle des lots de jambon de Paris vendus par les enseignes Carrefour, Casino et Monoprix… fini pour les adultes le sandwich jambon-beurre de la pause déjeuner ?

jambon

Il va nous falloir élever chacun son cochon personnel pour avoir l’illusion de manger de la bonne viande… mais à qui se fier si la farine de sarrasin contient du datura, passablement hallucinogène et accessoirement toxique, le sel de Guérande est enrichi en plomb alors qu’on l’a supprimé de l’essence ?

sel

J’en passe et des meilleures, après avoir vérifié que la Tome fraîche de l’Aubrac dans mon réfrigérateur ne faisait pas partie du lot contaminé par la bactérie Escherichia coli O26:H11, et vous laisse le lien vers => les rappels des produits divers et variés !

 

 

Cancer du poumon

C’est en général un de ceux qui touchent les fumeurs, le tabagisme passif conduisant plutôt à celui du cerveau, mais… pas que !

Vous pouvez n’avoir jamais fumé de votre vie, fuit consciencieusement les endroits enfumés et les fumeurs de votre entourage, et vous retrouver un matin avec ce verdict à gérer : à qui la faute ?… au radon !

Radon : Rn, gaz rare, de numéro atomique 86, selon le tableau périodique des éléments de Mendeleïev, inodore, incolore, radioactif, issu de la désintégration de l’uranium et du radium présents naturellement dans le sol et les roches. Il tuerait chaque année en France environ 2000 personnes.

Selon les relevés de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) plusieurs régions de France y sont exposées : ce sont en gros, tous les massifs granitiques (voir => la carte).

Que faire ? Déménager ? Non, bien sûr, car ailleurs vous courez sûrement d’autres dangers 😉

Il est relativement facile de réduire son exposition en étanchéifiant les fondations de sa maison et en ventilant son domicile (voir => les conseils)

Pour vérifier si vous êtes concernés, en plus d’un éventuel dosimètre, vous pouvez utiliser l’outil mis à disposition par l’IRSN, qui déterminera le potentiel radon de votre commune. Facile à utiliser, voici un exemple de carte obtenue en renseignant dans la case de recherche le nom d’un village lotois :

radon

Pour y avoir accès et (ou) connaître la traduction du résultat, cliquer ici => Connaître le potentiel radon de ma commune.

Attention : Le fait que votre habitation soit localisée dans une commune à potentiel radon de catégorie 3 ne signifie pas forcément qu’elle présente des concentrations en radon importantes.