Curiosité vinicole

Quelques vignerons de l’AOC Cahors avaient déjà investi, en 2019, pour le vieillissement expérimental, durant une année, de quelques bouteilles d’exception, le gouffre de Padirac (à 103m de profondeur : 13°C et 98% d’humidité constants) entre Gramat et Rocamadour, qui fêtait cette année-là, les 130 ans de sa découverte par Édouard-Alfred Martel (en 1889), les premières bouteilles (d’autres ont pris le même chemin secret) remontées des entrailles de la Terre seront mises en vente cet été.

Comme je connais quelques uns de ces entrepreneurs, pour ne fâcher personne (ils causent entre eux) en buvant du vin de l’un d’eux plutôt que d’un autre, j’ai solutionné cet épineux problème en préférant servir à ma table les vins des Coteaux de Glanes IGP, au nord du département, que j’achète directement au producteur quand je passe dans le coin et je viens de lire ceci :

Les grottes de Presque (à côté de Saint-Céré) fêtent cette année les 100 ans de leur ouverture au public et les bouteilles de la cuvée Fondateurs qui y ont séjourné, entre stalactites et stalagmites, deux années entières (contrairement au Cahors resté sous terre une année) dans le noir complet, à 12 °C et avec un degré d’hygrométrie supérieur à 95 % ont été remontées pour être vendues, l’expérience sera aussi reconduite !

Suis-je assez amatrice de vin pour téléphoner à mon copain de collège et accessoirement fournisseur de ratafia maison, et m’en faire mettre quelques unes de côté, là est la question du jour, à débattre ce WE ! 😉

Recette de santé

Elle est trop drôle pour que je l’ignore ! 😉

C’est celle du fortune cookie ouvert à la fin de ma partie de Mahjong du jour, et, comme c’est la première fois que je tombais sur cette maxime j’ai voulu vous en faire profiter !

Si je n’ai rien contre la bonne cuisine chinoise, ni peur d’utiliser des baguettes, car tout le monde sait bien qu’elles participent, par l’usage que l’on en fait, au bon maintien de notre santé en nous évitant de nous goinfrer de manière trop rapide, il m’est difficile, premièrement de trouver un restaurant chinois dans mon village, secondement d’acquérir les ingrédients spécifiques ailleurs que sur le net, troisièmement d’en réaliser les recettes que j’aime de temps en temps mais ne suis pas tentée de reproduire chez moi et quatrièmement de manger à l’aide de baguettes mon onctueuse blanquette de veau (sans riz, mais avec des pommes de terre) posée sur la tablette à côté de mon clavier d’ordinateur… déjà qu’à la petite cuillère cela fait invariablement monter le chronomètre au-dessus des 5 minutes habituelles pour terminer la partie !

Prenez-soin de vous ! 😉

Denis

J’aime assez la définition de Wikipédia qui dit que ce prénom :

est issu du grec Διονύσιος (Dionysos) via le latin Dionysius… le dieu de la vigne, du vin et du délire extatique…

Pour autant qu’il me souvienne, l’essor de la civilisation grecque aurait précédé l’expansion de l’empire romain, je peux bien sûr me tromper ! 😉

Le jour des dernières fois

Pourquoi toujours se gargariser avec nos premières fois, alors que parfois les dernières peuvent vous mettre en joie pour le reste de la journée ? Mes dernières de ce jour sont on ne peut plus simples et concernent mon assiette, que ceux qui sont à la diète changent de trottoir !

Il me restait des pommes de terre, les dernières de la petite récolte 2020, soigneusement choisies, conservées pour la semence (passablement ratatinées parce que je n’ai pas fait mon sillon en 2021) cuites hier soir avec leur peau, je les ai donc épluchées, taillées en cubes et jetées dans une grosse cuillère de graisse de canard pour qu’elles croustillent, j’y ai ajouté la dernière gousse d’ail des 2 tresses que j’ai mises en lactofermentation il y a quelques jours. Ensuite, j’ai battu des œufs dans un bol, je les ai salés, poivrés et pimentés avant d’y ajouter les dernières brèdes (grossièrement hachées) récupérées lors de la récolte et taille hivernale de ma patate chouchou, et j’ai versé le tout sur les pommes de terre dans la poêle. Après juste ce qu’il fallait de cuisson, ce fut un régal, modestement copieux et réconfortant !

S’il ne gèle pas tout de suite, j’aurai sûrement encore quelques repousses pour de futures omelettes, mais plus de violine de Borée (chut, j’ai gardé des graines), la pomme de terre bleue des hauts plateaux ardéchois, c’étaient mes dernières et cette variété est inconnue de mon côté du Massif Central ! 😉

Ensuite, je penserai à mettre en conserve les derniers haricots verts (qui ne deviendront jamais des grains, les températures nocturnes sont trop fraîches) en version cuisinée avec les dernières tomates… je ne sais pas pourquoi ces dernières fois sont si réjouissantes, peut-être parce qu’après la pluie le beau temps finit toujours par revenir ?

Vendanges mécaniques

Il y a bien eu autrefois, en 1971, Orange mécanique, un film d’anticipation britannico-américain écrit et réalisé par Stanley Kubrick, désormais ce sont les vendanges nocturnes qui sont mécaniques, et…

… comme je viens de vérifier si le ronronnement que j’entends le soir quand je tourne les pages de mon livre de chevet était bien le même que celui de cette machine, j’en ai aussi profité pour aller lire le cahier des charges de notre vignoble AOC : pour le Cahors, contrairement à l’Alsace, il n’y a pas de dispositions particulières pour la récolte qui peut donc être manuelle ou mécanique, que le raisin soit destiné à élaborer un vin pétillant (il est à la mode !) ou pas.

C’est l’histoire de quelques jours, mais je suis rassurée, mes oreilles ne se mettent pas à bourdonner dès que je m’allonge et je ne suis pas hypertendue non plus ! 😉

Ensuite nous retrouverons la bonne odeur soufrée qui s’échappera des cuves, puis la vie des humains au cœur du vignoble retrouvera sa douce quiétude (mais pas celle des amphibiens, pour eux cela restera toujours plus compliqué), à moins que l’on ne nous propose un remake de l’épisode Chaos dans le vin noir, de la série télévisée franco-belge Le Sang de la vigne !

SO₂ en approche…

Chouette ! En crachant mes poumons grâce à l’arrivée annoncée de dioxyde de soufre (dont on connaît bien l’odeur en région viticole) en provenance des Canaries, je vais peut-être virer, par la même occasion, quelques virus non identifiés ?

Vous ai-je déjà dit qu’enfant j’avais très peur, à en faire des cauchemars, qu’un volcan ne pousse comme un champignon dans le jardin ? Il est étonnant qu’ils arrivent encore à me fasciner ! Voici une vidéo de l’Instituto Geológico y Minero de España, rien qu’à la regarder j’ai la gorge qui gratte !

Pardon, si je n’ai pas encore parlé du réveil du Cumbre Vieja, ni compati à la détresse de celles et ceux qui sont aux premières loges, mais ici, c’est encore la saison des récoltes diverses à conserver pour l’hiver, chacun a ses propres urgences à gérer, il me faudra simplement penser à couper temporairement la VMC et fermer les fenêtres. Prenez soin de vous !

Tôt ce matin

Pour rafraîchir les pièces à l’étage j’ai ouvert les volets en grand, le ciel était tout rouge, mais le temps que je descende chercher l’APN, il n’était plus de la même couleur…

… signe qu’à l’arrêt du vent d’autan nous aurons un peu de pluie pour les vendanges ?