Feeds:
Articles
Commentaires

YoWindow Météo

.o0o.

Widget YoWindow

 (Clic sur le lien multicolore ci-dessus)

(En test)

.o0o.

AN090

Publicités

L’avez-vous vue ?

Tenue de camouflage idéale, ly01… pourtant elle (Gella, qui a deux mâles dans les alentours, a eu trois petits) vous regarde avec attention 😉 ly02Il ne fait vraiment pas un temps à mettre même un gros chat dehors, le mien fait canapé au chaud après avoir fait un tour très rapide de son territoire… ly03Le lien vers => la webcam du lynx, opérationnelle depuis janvier, l’animal de l’année en Estonie.

La caméra fonctionne aussi la nuit 😉

D’autres vidéos => ici. Bon visionnage !

 

Miracle d’automne

Alors que les végétaux vivaces se cachent généralement sous terre pour passer l’hiver et nous revenir en pleine forme dès les premiers beaux jours du printemps, certaines espèces ont un cycle de végétation totalement inversé.

Il y a dix jours j’ai vu pointer timidement deux ou trois pousses de safran, j’ai désherbé l’espace, remis en place un peu de terre qui avait glissé plus loin et planté des bouts de bois pour que le matou de la maison n’aille pas y gratter… et avant-hier j’avais ceci :

safran2018

Ce midi, après dissipation de la brume dans ma vallée, le rayon de soleil a caressé rapidement les sept premières fleurs, cueillies juste après la photo pour en récolter les stigmates (la partie rouge de la fleur)…

safr2018

J’adore cette culture (qui ne me demande aucun effort) dans un mouchoir de poche !

Non comestibles, mais agréables à regarder, les cyclamens de Naples qui fleurissent aussi à l’automne, cette année au milieu du persil et des plants de chia (Salvia hispanica) dont les graines sont à la mode…

oct04

Quelques images d’arrière-saison pour terminer mon petit tour 😉

 

L’esprit du Sud-Ouest

C’était ma préférée de la saison, malgré le ratage de son gâteau à la broche (une épreuve qui m’avait prodigieusement amusée), mais, si elle n’est plus dans le concours (je viens de lire le journal avant d’avoir visionné le replay de l’émission) Laurie Castanié n’a rien perdu de sa bonne humeur, la preuve :

J’ai des pommes et des noix, par contre je ne voulais pas en faire un cake mais une tarte avec une crème non encore déterminée…

Bonne chance à elle dans ses nouvelles activités : La boîte à choux pour ses expériences pâtissières, et sa marque textile et accessoires L’atelier A bisto dé Nàs qui doit débuter en novembre.

Confrontation

Alors que chez nous les éleveurs se sont opposés avec acharnement à l’introduction de deux nouvelles ourses au voisinage de leurs estives pyrénéennes, ailleurs c’est la confrontation entre chasseurs d’images amoureux de la Nature et des animaux qu’ils suivent des années durant et les sociétés de « chasse sportive » bien loin de l’utilitaire…

Dans les deux cas, le grand perdant reste l’animal… et celui-ci n’était même pas une possible menace pour les troupeaux 😦

Merci à Jurek Napierała pour son combat (malheureusement perdu) et ces superbes images.

 

 

C’est le moment de vous y mettre, je viens de la découvrir en cherchant combien de temps stériliser la crème de marrons faite ce matin 😉

Les châtaignes n’étaient pas au top et j’ai bien fait de les traiter sans attendre, j’ai de quoi pour les bûches traditionnelles, pour la confiture ce sera la semaine prochaine, juste par curiosité 😉

Reprise

Cette découverte appliquée et sûrement inspirée de Jean Andreu, un Toulousain plein de promesses qui sera ce soir à L’Amicale du Cardié (Foix – 09)

… ne me fera pas oublier la désinvolture de l’original par Léo Ferré

… et me permet de vérifier le paradoxe que représente l’annonce d’un certain affolement des statistiques de ce blog confidentiel, exclusivement francophone et un brin nombriliste, alors que je n’ai rien écrit depuis 2 jours : 138 visites en provenance des États-Unis, 40 visiteurs de la R.A.S. chinoise de Hong Kong pour seulement 3 venant de France !!!

Dixième Jour de la Nuit

Ce sera le samedi 13 octobre et 55 communes du Lot éteindront l’éclairage public pour que nous puissions regarder les étoiles (enfin… s’il n’y a pas de nuages) selon l’article signé Mathieu Delaunay dans La Dépêche.

nuit2

Plus de renseignements au sujet de cette manifestation destinée à nous sensibiliser à la pollution lumineuse et à son impact sur la biodiversité sur le site : www.jourdelanuit.fr

Le livret 2017 => Pollution lumineuse à télécharger (.pdf)

Nos chauves-souris seront à la fête cette nuit-là…

Vérification faite, ma commune, au budget en berne et surveillé, ne fera pas d’économies, dommage !

nuit3

Barcelone en deuil

Encore un duo improbable mais il a été réel et j’aimais les deux artistes, Montserrat Viviana Concepción Caballé i Folc, la soprano catalane s’est éteinte hier, Farrokh Bulsara, alias Freddie Mercury, qui était parti en 91 lui fera connaître sûrement toutes ses bonnes adresses…

S’entretenir

La retraite n’est pas forcément synonyme d’inutilité, et même si elle débute parfois par une phase de repli sur soi, plus ou moins longue, pour se reconstruire selon le degré de décrépitude physique et moral atteint grâce à ses années de labeur (nous sommes tous inégaux), passée cette période il vient un temps où l’on peut passer à autre chose et recommencer à bouger… même devant son ordinateur !!!

Dont acte ! C’est parfait pour dérouiller des épaules douloureuses, reste à savoir si j’y prendrai goût et me laisserai entraîner à une nouvelle activité quotidienne…

Ce n’est pas tout, j’ai les derniers haricots à ramasser avant de couper les pieds au ras du sol, découper en tronçons leurs lianes et de démonter mon installation de leurs rames, deux plantes vivaces à rempoter pour qu’elles puissent être à l’aise l’an prochain, d’autres à rentrer avant qu’elles ne s’enrhument, et je dois réfléchir à ce que je fais des 2 courges Doubeurre qui ont eu la mauvaise idée de se former après l’unique jour de pluie de septembre et des dernières tomates qui ont peu de chance d’arriver à maturité.

Bon jeudi à vous !

doubeurre

La Bohème

La radio nationale a fait un petit tour des langues dans lesquelles les chansons de Charles Aznavour étaient aimées partout dans le monde… il y a sûrement bien d’autres lacunes, mais je ne pouvais pas passer à côté de celle-ci : une reprise en polonais (traduction par Jeremi Przybora) de La Bohème (Jak to było?) par Aneta Łastik avec Andrzej Jagodziński au piano

Jak to było?

Każdy przecież to zna –
Lat dwadzieścia się ma,
I właściwie to wszystko.
No i ty, i Montmartre,
I pachnący bzem wiatr,
Tak daleko, tak blisko…

Nasza bieda, nasz strych,
Ciepły blask oczu twych,
Gdy pozuję ci naga.
Głód nasz i zachwyt nad
Szczęściem, co nie wymaga,
A daje cały świat.

Jak to było? Jak to było,
Że tak nam łatwo było żyć?
Jak to było? Jak to było,
Że tak nam wtedy mogło być?

Do kafejki się szło,
By pogwarzyć tam o
Już tak bliskiej twej sławie.
I nie zdarzył się nikt,
Kto by wątpić w to zwykł
No, powiedzmy, nikt prawie.

A gdy zima i ziąb,
W ciepłą wiodłeś mnie głąb
Twej miłości pokoi.
Przemieniać ciało w chleb,
By ciałem głód nasz koić,
Ktoś z nieba do nas szedł.

Jak to było? Jak to było,
Że tak nam łatwo było żyć?
Jak to było? Jak to było,
Że tak nam wtedy mogło być?

Czasem śni mi się dziś,
Że zbłąkana jak myśl
Wracam na tę mansardę.
I kiedy pukam w drzwi,
Ktoś przez nie mówi mi:
„Już nie pukaj – umarłem”.

Nie, nie pytam, kto zacz,
Gardło dławi mi płacz
I znów z raną otwartą
Boję się, boję snów…
Nie znoszę już Montmartre’u
I wiosny, i jej bzów!

Jak to było? Jak to było,
Że tak nam łatwo było żyć?
Jak to było? Nie, nie było!
Nie, wcale tak nie mogło być!

Quand, au hasard des jours,
Je m’en vais faire un tour
À mon ancienne adresse,
Je ne reconnais plus
Ni les murs, ni les rues
Qui ont vu ma jeunesse.

En haut d’un escalier,
Je cherche l’atelier
Dont plus rien ne subsiste.
Dans son nouveau décor,
Montmartre semble triste
Et les lilas sont morts.

La bohème, la bohème,
On était jeunes, on était fous.
La bohème, la bohème,
Ça ne veut plus rien dire du tout.

Jak to było,
Że tak nam łatwo było żyć?
La bohème, la bohème,
Ça ne veut plus rien dire du tout.

Il faut citer aussi l’interprétation par Justyna Szafran de la version intitulée Cyganeria par Jerzy Menel.

Cyganeria

Czasy te porwał wiatr, kto dwadzieścia ma lat
jest to dlań świat nieznany.
Montmartre w te dawne dni
był przystrojony w bzy,
co kwitły pod oknami.
Pośród czterech tych ścian,
choć doskwierał głód nam
było jak w siódmym niebie.
Mieliśmy przecież siebie –
biedny malarz, a obok niego ja.

Cyganeria, Cyganeria –
to tyle co znać szczęścia smak.
Cyganeria, Cyganeria –
nie jedząc, żyjąc byle jak.

A w kafejkach był gwar,
każdy z nas czekał tam
nim odnajdzie go sława.
« Ech, przyjdzie taki czas,
że swiat doceni nas! » –
Tak bez wahania mawiał.
Kiedy zaś w kuchni
szef coś pozwolił nam zjeść
w zamian za nowe płótno
niczym było jutro
grzał nas stary piec,
a ty mówiłeś wiersz.

Cyganeria, Cyganeria –
to właśnie twej urody blask.
Cyganeria, Cyganeria –
i był geniuszem każdy z nas.

Czasem śmiałam się gdy
całą noc przyszło ci ślęczęć przed sztalugami.
Retuszowałeś wciąż
czy to piersi mej krąg,
czy bioder moich zarys.
Kiedy noc przerwał świt
był czas na kawy łyk –
to wzywało nas życie…
i w przedziwnym zachwycie kochaliśmy się…
nadchodził nowy dzień.

Cyganeria, Cyganeria –
to znaczy mieć 20 lat.
Cyganeria, Cyganeria –
w kieszeniach naszych hulał wiatr.

Gdy zabłąkam się tam –
adres, numer ten sam,
ale na tym już koniec.
Nie rozpoznaję, nie,
żadnego z dawnych miejsc
z młodości mej szalonej.
Po schodach wbiegam, lecz
ślad po pracowni twej zniknął już.
Raz na zawsze.
Posmutniał w nowej szacie Montmartre stary…
i nie kwitną już tam bzy.

La Bohème, la Bohème –
dziś można tylko o tym śnić.
« la Bohème », « la Bohème » –
te słowa dziś nie znaczą nic.
La Bohème, la Bohème,
La Bohème, la Bohème,
La Bohème, la ….

Pas eu le temps de creuser la question, mais peut-être plus tard…

Le Napoléon de la chanson française („Napoleonem francuskiej piosenki”) était en Pologne (l’hommage de Gazeta Wyborcza) en 2014, après une trentaine d’années d’absence.