Feeds:
Articles
Commentaires

YoWindow Météo

.o0o.

Widget YoWindow

 (Clic sur le lien multicolore ci-dessus)

(En test)

.o0o.

Carte Vigilance Météo-France

.o0o.

AN090

Ceci !

paczki

… et ce ? Puisque aujourd’hui c’est… Jeudi-gras ! 😉

Ne cherchez pas sur votre calendrier, cette fête n’y est pas, mais si vous cherchez Tłusty Czwartek 2020 vous trouverez que c’est le 20 lutego, ou en français le 20 février, et… pour les années à venir, si vous aimez les beignets farcis et sans trou, vous saurez que c’est toujours le jeudi précédant le Mardi-gras de chez nous (et donc le Mercredi des Cendres pour les Chrétiens qui vont entrer en Carême).

Pour une recette voir => ici, dans mes archives, et peut-être (sûrement même) en d’autres endroits de cet espace, parce que c’est un plaisir revendiqué comme totalement régressif que je ne raterais pour rien au monde, au même titre que la galette des Rois le 6 janvier ou les crêpes de la Chandeleur le 2 février 😉

Smacznego !

… mais il a fini par partir lui aussi, hier, en région parisienne 😦

Graeme Allwright, le chanteur folk, auteur-compositeur-interprète d’origine néo-zélandaise n’était plus tout jeune, mais son œuvre restera dans nos mémoires puisque c’est lui qui nous avait fait découvrir les titres du genre protest song selon Woody Guthrie et Pete Seeger, puis Léonard Cohen.

Il avait, entre autres, aussi adapté Tom Paxton, Bob Dylan, Malvina Reynolds… et s’opposait aux essais nucléaires dans le Pacifique.

Du jour…

sauvée

C’est un des titres accrocheurs du journal d’aujourd’hui et, ma mauvaise foi me permet d’ajouter que, par chance, il ne désigne que les messieurs concernés… la preuve s’il en est que ce n’est qu’une fête purement commerciale qui donne l’illusion de sauver les apparences un jour par an (peut-être 2 avec Noël), quand, tous les autres jours on s’autorisera à maltraiter sa moitié…

Quand on aime réellement, il n’y a pas de jour dédié au cadeau… mais (presque) tous les jours en sont un, et, quand il y a crise (personne n’est à l’abri), on essaie de réagir positivement et avec bienveillance 😉

helleb

 

À qui profite le crime ?

C’est la question que je me pose depuis quelques jours après avoir lu dans La Montagne, que le département voisin au nord revenait…

vitesse2… début février 2020, aux 90 km/h qu’il avait fallu abandonner au 1er juillet 2018, et entendu qu’ailleurs en France les nouveaux panneaux de signalisation allaient avoir un coût non négligeable pour les collectivités locales.

vitesse1C’est le titre (l’article entier n’est destiné qu’aux abonnés) de La Dépêche du jour, concernant l’Aveyron, qui m’y fait repenser et nuancer ma réflexion sur la question…

Que sont devenus les panneaux enlevés en 2018, et pourquoi ne peut-on les remettre en place ? Il est bien évident que les panneaux corréziens ne peuvent pas être réutilisés puisque la vitesse y est toujours limitée à 80 km/h… les jours de pluie, au moins les citoyens locaux (ce sera moins évident en Aveyron) savent pour quoi ils vont devoir mettre la main à la poche ! Qui fabrique les panneaux routiers et quel membre du gouvernement y a des intérêts secrets ?

Bon, il bruine et j’ai les côtes fraîchement coupées de mon cardon sur la table à mettre en conserve… à moi ensuite les gratins à la mode lyonnaise !

 

 

Don Quichotte

Tout droit sorti de ma manche, voici le don de Kijoté, aussi nommé le Brel du Sud quand il est avec sa guitare (qui n’est jamais très loin). Son deuxième album Les perdants magnifiques, sorti en mars 2018, mérite que l’on s’y arrête et que l’on soutienne l’auteur-compositeur-interprète.

Il sera ce soir à 19h30 à l’Arrosoir de Figeac et demain à 21h au Caf’Causse d’Assier, et moi, je retourne à mon café, parce que si le Castella taïwanais se mange habituellement entre tiède et chaud avec un thé vert, et bien froid il est tout aussi spongieux, mon ingrédient secret emprunté aux Japonais (le malt d’orge) lui donne un petit goût de revenez-y, il est aussi excellent avec un bon café, et, de plus… contrairement à nos gâteaux, il n’y a pas une seule miette à la découpe 😉

eponge

 

Un cake taïwanais

… à la texture surprenante, à tester dès que le gâteau au panais-agastache-pruneau du moment sera terminé et que j’aurai remplacé mon fond de boîte de farine T45.

… à le voir trembloter on pourrait croire qu’il n’est pas cuit, mais c’est faux, agrémenté d’une simple crème fouettée, il semble divin…

Ce sponge cake, d’origine portugaise a transité (grâce aux missionnaires) par Nagasaki au Japon, où la recette a été affinée et mise au goût local à partir de la période Edo, avant de devenir un cadeau bien connu en Asie du sud-est. Quand il n’est pas en moule individuel, il est préparé en grosse quantité, presque à la chaîne et vendu encore chaud, après sa découpe spectaculaire en 10 portions et leur marquage au fer. Un couple mixte l’a ramené au Portugal en 1996 et commercialisé au Castella do Paulo à Lisbonne, qui semble malheureusement fermé depuis 2014.

Un thé matcha (ou simplement vert) ne serait pas de refus 😉


									

Rencontres

… et échanges jardinesques entre Olivier (récemment découvert) et Damien dont je suis l’évolution depuis quelques temps 😉

Il va falloir bientôt penser aux semis… j’ai déjà commencé les expériences avec la tentative de bouturage d’un trognon de chou kale !

prim2020

 

Simba, le lion

simbaSon histoire singulière, racontée dans La Dépêche du Midi, aura été une invitation au voyage… puisqu’on y parle du cirque Bostok, à l’arrêt depuis près d’un an dans le Maine-et-Loire, et qu’il y est écrit :

Le circassien est convoqué par le tribunal correctionnel.

Le mot utilisé me paraissant impropre, pour moi ce serait uniquement : relatif à la Circassie (région historique située au nord du Caucase, dont quelques femmes sont à l’origine de descendants aux yeux bleus en Turquie) et non appartenant au milieu du cirque, je me suis retrouvée, après une courte recherche, sur l’explication de cette dérive dans la page vocabulaire du site Fils du Vent sans Pays, que je ne connaissais pas 😉

Une très belle occasion de chercher enfin des nouvelles de Gérard Gartner dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois.

ggartner2019

Les statues oubliées (?) qui avaient ainsi échappé à une destruction désirée et programmée (voir la vidéo => Ultima Verba, l’Ultime), dans la courette en bas du jardin ont disparu (?) courant 2019, mais lui, il semble bien progresser dans son projet d’écriture, si j’en crois le bel article que Christine Moutte lui a consacré en août 2019 pour le journal La Montagne.

ggartner

De très belles photos, signées Jeannette Gregori, nous le montrent dans son opération Massacre à la tronçonneuse, et dans sa nouvelle résidence corrézienne 😉

Belle continuation à vous l’Ami !

 

 

 

 

 

Duo (de choc ?)

Certes ils ne remplaceront pas dans nos mémoires le mythique duo Simon & Garfunkel, mais je trouve qu’ils y mettent beaucoup de cœur 😉

Cette reprise, lors du Festival international Kropka le 21 juillet 2017 à Głuchołazy (en Silésie), de la chanson de 1964, The Sound Of Silence signée Paul Simon devient  Brzmienie Ciszy dans la traduction en polonais par Sylwek Szweda qui date de septembre 2016, les paroles sont sous la vidéo 😉

Ce titre en anglais (dans sa version Disturbed, groupe de nu métal de Chicago) a été diffusé (c’était sa chanson préférée) lors de la soirée d’hommage spontané, le 14 janvier 2019, au charismatique maire (et homme politique) de Gdańsk  (le berceau historique du syndicat Solidarność) , Paweł Adamowicz, assassiné par un déséquilibré la veille.

Pamięci Pawła Adamowicza => The Sound Of Silence / Gdańsk 14.01.2019

Cette année, pour l’anniversaire, l’interprétation en était une version chorale, mais toujours en anglais…

The => Sound of silence – finał WOŚP 2020 Gdańsk

Géographiquement, la Silésie c’est au sud et la ville de Gdańsk est au nord… mais les paroles en polonais pour 2021 ce serait une très bonne idée, non ?

organza

Il devrait s’exprimer bientôt…

Pascal Bardet, qui a repris en 2013 le restaurant d’Alexis Pélissou et lui avait apporté sa deuxième étoile en 2017 vient d’être rétrogradé, comme 4 autres maisons françaises (l’Albert 1er à Chamonix, le Manoir de la Boulaie à Haute Goulaine, le Chantecler à Nice, l’Aubergeade à Puymirol, le Gindreau à Saint-Médard) par le Guide Michelin 2020.

Le département totalise donc cette année 7 étoiles : Claude-Emmanuel Robin de l’Allée des vignes à Cajarc, Frédéric Bizat des Trois Soleils à Saint-Jean-Lespinasse, Stéphane Chambon du Pont de l’Ouysse à Lacave, Stéphane Andrieux du Château de la Treyne à Lacave, Patrick Lagnès du Déjeuner de Sousceyrac, Julien Poisot au Château de Mercuès et Pascal Bardet du Gindreau à Saint-Médard.